QUÉBEC - Ce n’est pas parce que le Canadien a culbuté les champions de la coupe Stanley 5-2 qu’on va partir en peur et assurer tout de go que le Tricolore va non seulement accéder aux séries, mais franchir quelques rondes.

 

Ça non!

 

Mais en regardant le Canadien aller depuis le début du camp et des matchs préparatoires, il est clair que cette équipe entend prendre les moyens pour faire oublier la saison atroce de l’an dernier. À ce chapitre Brendan Gallagher est celui qui donne le ton. Les autres suivent avec entrain.

 

Avec ses compagnons de trio Phillip Danault et Tomas Tatar, Gallagher a marqué le premier but de la rencontre. Il en a préparé un autre. Il a été au centre de quelques échauffourées et s’est retrouvé au cachot pour avoir cinglé un adversaire. Avec ardeur, avec fougue, avec l’énergie qui le caractérise, Gallagher a joué de la seule manière qu’il connaît : à fond la caisse.

 

« Brendan n’a qu’une vitesse. Et c’est parfait ainsi parce que si on ne travaille pas, il est impossible d’avoir des succès », a indiqué le centre québécois qui se nourrit de l’ardeur au travail de son ailier droit et qui apprécie au plus haut point la contribution de son nouvel ailier gauche : Tomas Tatar.

 

« Nous sommes en apprentissage tous les trois. On apprend à se connaître. À se comprendre. On parle énormément sur la patinoire et les résultats suivent. Ce soir, cette complicité nous a permis de capitaliser sur nos chances. Lundi, on a bien joué aussi, mais ce soir on avait une petite touche qui a fait la différence. Il faut continuer comme ça et s’améliorer encore en vue de la saison », a indiqué Danault dans son évaluation du match disputé par son trio.

 

« On a marqué des buts et gagné ce soir parce qu’on a joué de la bonne façon. Le trio de Danault-Gallagher-Tatar a très bien fait. Il a dicté l’allure du jeu. La chimie s’installe. Ces trois gars-là se complètent bien. Ils se poussent mutuellement à être meilleurs. Si on a trois trios qui jouent tous les matchs comme le trio de Phil a joué ce soir, on sera correct », a renchéri Claude Julien lors de son point de presse.

 

Aux yeux de Brendan Gallagher, pour bien jouer il faut d’abord jouer de la bonne façon. Et il n’y a pas 50 façons de jouer de la bonne façon, il n’y en a qu’une : avec passion et énergie.

 

«Se présenter, travailler et gagner vont de pair. Notre calendrier préparatoire l’an dernier a été atroce. Il n’y a pas d’autre mot pour le qualifier. Et cela a donné le ton à une saison qui a été difficile pour tout le monde. Cette année, il est primordial de changer l’allure du calendrier. Il faut profiter de l’occasion qui s’offre à nous de partir sur des bases meilleures. Aussi bien prendre les moyens tout de suite pour gagner ses matchs. C’est clair que je veux donner l’exemple. C’est une forme de leadership. Mais le reste de l’équipe a suivi», a insisté Gallagher après la rencontre.

 

Schlemko assure sa place

 

Si le trio de Phillip Danault a donné le ton à l’attaque, David Schlemko s’est hissé au rang de meilleur défenseur du Tricolore face aux Caps jeudi soir. C’est du moins la conclusion partagée par l’entraîneur-chef Claude Julien après la rencontre.

 

ContentId(3.1288843):Capitals 2 - Canadiens 5
bellmedia_rds.AxisVideo

« À mes yeux, Schlemko a été aussi dominant ce soir que Rilley (Mike) l’a été hier (mercredi) contre les Panthers de la Floride. J’ai vraiment aimé la façon dont il a joué exception faite de deux ou trois pertes de rondelle », a lancé l’entraîneur-chef qui insiste sur le fait que Schlemko offre enfin la qualité de jeu que le Canadien anticipait l’an dernier.

 

« Il connaît un très bon camp et le fait qu’il soit en santé l’aide beaucoup. L’an dernier, les blessures l’ont empêché de se faire justice », a enchaîné Claude Julien confirmant ainsi pratiquement la présence du vétéran défenseur avec le grand club lors du début de la saison.

 

Considérant que Jeff Petry, Victor Mete, Noah Juulsen, Mike Rilley et Karl Alzner – en grande partie en raison du contrat de cinq ans consenti par le Tricolore l’an dernier – seront eux aussi avec le grand club et que Jordie Benn devrait être une police d’assurance en attendant le retour en forme et en santé de Shea Weber, ça laisse peu de place pour les autres candidats.

 

À cet effet, le Canadien annoncera une première vague importante de coupures vendredi matin afin de resserrer les luttes pour les derniers postes disponibles.

 

Ouellet et les autres...

 

De tous les jeunes arrières en uniforme hier et toujours en lice pour la ou les dernières places disponibles, Xavier Ouellet semble le seul qui puisse encore se faufiler jusqu’au vestiaire du Canadien.

 

« Les buts et les victoires viennent en jouant de la bonne façon »

« À son deuxième match en deux soirs, Xavier a disputé sa meilleure partie du camp. Il a été bien meilleur qu’hier », a souligné Julien qui n’a toutefois pas voulu dévoiler son jeu quant aux chances du Québécois de survivre aux coupes de vendredi.

 

« Je crois que tu es capable de sauter aux bonnes conclusions sans que je réponde directement à ta question », a enchaîné Julien.

 

Simon Desprès a connu un autre match difficile jeudi. Son talent et sa stature militent en sa faveur. Mais son manque de vitesse et les pertes bien trop nombreuses de rondelle et les passes imprécises minent ses chances.

 

Rinat Valiev a marqué un but dans la victoire signé au Centre Vidéotron de Québec. Mais ce but ne peut faire contrepoids aux trop nombreuses lacunes qui sautent aux yeux.

 

Les arrières tchèques David Sklenicka et Michal Moravcik? Du talent, de la vitesse, des aptitudes évidentes. Mais il est difficile de croire qu’ils puissent évoluer tout de suite dans la LNH. Ça ne les empêchera pas de peut-être prolonger leur camp encore un peu avant de prendre la direction de la Ligue américaine. Peut-être...

 

En bref

  • Les Capitals n'en sont qu'au début de leur préparation
    Jesperi Kotkaniemi a été moins flamboyant jeudi soir à Québec qu’il ne l’avait été lundi lors de son premier match disputé au Centre Bell face aux Devils du New Jersey. Il n’a pas marqué et n’a pas soulevé la foule avec des jeux offensifs spectaculaires. Mais il affiche la même vision, la même intelligence et le même potentiel qui tendent à confirmer que le Tricolore a eu bien raison de le sélectionner au troisième rang du dernier repêchage. Kotkaniemi prendra sans doute la direction de la Finlande d’ici la fin du camp, mais ce sera pour mieux en revenir l’an prochain et militer pour une place au sein de la formation…
     
  • À 37 ans, Joel Ward a disputé son premier match dans l’uniforme du Canadien. Un honneur qu’il a particulièrement savouré même s’il a plusieurs fois fait le tour de la LNH depuis le début de sa carrière qu’il tente d’étirer. «Je savais que je ressentirais une sensation spéciale en endossant cet uniforme, mais je ne croyais pas que ce serait aussi fort. Je me sens bien. Je suis en forme. Je suis surtout en santé alors que les blessures ont miné mes deux dernières saisons. Je crois m’être bien débrouillé sur la patinoire. J’ai bien aimé mes compagnons de trio – Matthew Peca et Michael Chaput – et j’espère qu’ils ont aimé jouer avec moi. Je n’ai aucune garantie de la part du Canadien. Je suis ici pour prouver que je peux encore être utile à une équipe. L’aider à gagner. Je vais prendre les jours un à la fois et profiter de toutes les occasions qu’on m’offrira. Et s’il le faut, j’irai me cacher aux toilettes pour m’assurer de rester avec le club», a conclu le vétéran en riant.
     
  • À la lumière des commentaires de Claude Julien, Ward n’aura pas à aller se cacher aux toilettes. Du moins pas pour le moment. «Il a bien paru ce soir. Son expérience l’a aidé et il est arrivé ici avec une attitude. C’est un bon professionnel qui sait bien se comporter sur la glace et autour de l’équipe», a indiqué l’entraîneur-chef du Canadien.
     
  • La direction du Tricolore a réservé une belle surprise au Québécois Alexandre Alain en lui offrant la chance d’affronter les Capitals de Washington dans sa ville natale jeudi soir. «Ce n’est pas une faveur qu’on lui fait. Ce match, il le mérite pleinement quand on analyse tout ce qu’il a fait depuis le début du camp. Oui on a choisi la partie à Québec parce qu’il est d’ici, mais il mérite cette partie», a expliqué Claude Julien avant la rencontre. Au sein d’un quatrième trio, Alexandre Alain a récolté une passe sur le but de Jacob De La Rose après que la rondelle se soit retrouvée sur la lame du bâton du Suédois à la suite d’une redirection sur gant du Québécois. Mais une passe, c’est une passe...
     
  • Bien que les visites du Canadien à Québec dans le cadre du calendrier préparatoire ne suscitent pas de grande passion dans la capitale, plus de 11 000 personnes ont assisté à la rencontre au Centre Vidéotron. Une belle foule moussée en partie par la confirmation de la présence d’Alex Ovechkin...
     
  • Parlant du capitaine des Capitals, il a été bien discret – comme l’ensemble de ses coéquipiers d’ailleurs – mais il a malgré tout inscrit un but avec un tir frappé décoché de son bureau en avantage numérique. Il a touché le poteau à la gauche du gardien Charlie Lindgren sur un jeu similaire et s’est fait complice du deuxième but de son équipe. Mais ces trois faits saillants sont vraiment les seuls dignes de mention de la part d’Ovie...
    Les jeunes peuvent-ils forcer la main du CH?