lundi, 18 avr. 2011. 22:57

MONTRÉAL - Après avoir vu le Canadien inscrire le premier but lors des deux premiers matchs, les Bruins de Boston n'avaient que pour seul et unique objectif de lui servir la même médecine pour cette première rencontre présentée devant ses partisans au Centre Bell.

Lorsque David Krejci a trompé la vigilance de Carey Price à 3:11 de la première période après que les Bruins eurent écoulé une pénalité pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire, c'est une véritable tonne de briques qui s'est soudainement sublimée des épaules des hommes de Claude Julien.

« Ça faisait partie de notre plan de match », a avoué sans détour Krejci, un ancien des Olympiques de Gatineau de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. « L'équipe qui marque le premier but contrôle généralement le reste de la rencontre. »

« C'était important de compter ce fameux premier but », a ajouté Patrice Bergeron, qui a servi une superbe passe à Krejci avant qu'il ne fasse secouer les cordages. « Sauf que c'est maintenant le temps de passer à autre chose. La série est loin d'être terminée. »

« Il fallait absolument connaître un bon début de match et prendre rapidement les devants », a renchéri Julien. « Le Canadien a semblé jouer avec nettement moins de confiance par la suite. »

Mais le scénario aurait pu être tout autre si Tim Thomas n'avait pas veillé au grain. L'acrobatique gardien a réussi quelques arrêts important pendant toute la partie, mais s'est particulièrement signalé lorsque les siens évoluaient à court d'un homme, comme cela fut le cas 68 secondes seulement après le début du match.

« Tim a vraiment bien fait, il a démontré beaucoup de caractère », a poursuivi Julien. « Son travail en infériorité numérique a donné de l'énergie à tous ses coéquipiers. »

« Ce n'est jamais facile de venir jouer à Montréal », a expliqué Thomas. « Je n'ai pas besoin de vous convaincre que c'était important de gagner ce match. Personnellement, je pense que c'était d'autant plus important de prouver que nous n'avions pas abandonné, même si nous tirions de l'arrière dans la série. »

Retour sur les lieux du crime pour Chara

Le troisième match entre le Canadien et les Bruins a également marqué le retour au jeu de Zdeno Chara après une absence d'une rencontre. Le défenseur format géant avait dû déclarer forfait pour la deuxième partie après avoir passé la nuit de vendredi à samedi dernier à l'hôpital en raison de déshydratation.

Chara a été le joueur le plus utilisé (26:20) par son entraîneur, récoltant une passe sur le deuxième but des Bruins inscrit par Nathan Horton - son premier en séries éliminatoires depuis le début de sa carrière -, distribuant trois mises en échec et bloquant autant de lancers.

« Je me sentais bien, j'étais heureux de retrouver mes coéquipiers », a indiqué Chara. « Je ne m'étais pas mis de pression sur les épaules, j'y allais vraiment une présence à la fois. »

Il s'agissait bien évidemment de sa première visite à Montréal depuis les malheureux incidents du 8 mars dernier, alors qu'il avait été expulsé de la rencontre pour avoir frappé l'attaquant du Tricolore Max Pacioretty contre un des coussins protecteurs situés aux extrémités des bancs des joueurs des deux équipes.

Son entraîneur a révélé qu'il n'avait pas pris la peine de discuter de la chose avec son capitaine, puisque ce dernier est habitué d'être la cible des partisans des 29 autres clubs de la Ligue nationale de hockey.

« Zdeno joue dans cette ligue depuis tellement longtemps, il sait toujours à quoi s'attendre », a mentionné Julien. « Dans le fond, je vois cela comme une certaine marque de respect. Les gens le huent, car ils reconnaissent que c'est un grand joueur. »

Naturellement, l'ancien pilote des Glorieux et des Devils du New Jersey n'avaient que des éloges pour Chara, jugeant qu'il s'était conduit de manière irréprochable pendant toute la soirée.

« Il s'est très bien comporté », a dit Julien. « Il n'a en rien négligé l'aspect physique de son jeu. »

Toute l'organisation des Bruins mettra maintenant le cap sur Lake Placid dans l'État de New York afin de parfaire sa préparation pour le quatrième match de la série qui n'aura lieu que jeudi. Julien a expliqué que l'endroit était idéal pour permettre à ses joueurs de se ressourcer.