RDS et RDS Direct vont présenter la carte préliminaire de l'UFC 260 : Miocic-Ngannou dès 19 h 30  samedi. Le combat de Marc-André Barriault sera le premier de la soirée.

La carte du gala

Après le très divertissant UFC 259 qu'on nous a récemment offert, la barre est haute pour l'UFC 260 ce samedi, mais il y a plusieurs raisons d'avoir hâte à cette carte qui s'annonce divertissante, à commencer bien sûr par le combat principal.

Trois ans après le premier chapitre de leur rivalité, Francis Ngannou aura droit à sa revanche lors de la finale, face au champion des poids lourds Stipe Miocic.

La division des lourds, ça attire toujours les foules étant donné la forte possibilité que ça se termine avec un seul coup de poing dévastateur. Il y a quelque chose de mythique à propos du champion de cette catégorie, car on qualifie souvent ce dernier d'homme le plus dangereux de la planète. Si on ajoute l'histoire qu'il existe entre ces deux athlètes, ça rend le contexte de leur affrontement encore plus intéressant.

Avec les trois années qui se sont écoulées depuis la victoire de Miocic sur Ngannou au bout des cinq rounds, on pourrait être tenté de croire qu'un paquet de choses ont changé. Mais à bien y penser, ce n'est pas vraiment le cas!

On n'a pas vu grand-chose de Ngannou depuis ce moment, mais le peu qu'on a vu était hyper spectaculaire comme à l'habitude. Il est monté dans l'octogone quatre fois, et ses quatre apparitions ont à peine dépassé les deux minutes au total. Sa présence la plus « longue » aura été de 71 secondes, à l'été 2019 contre Junior dos Santos.

Quant à Miocic, on le sait, il a combattu trois fois depuis, et chaque fois face à Daniel Cormier. Bref, pas de grande révélation. 

Miocic est désormais âgé de 38 ans, et Ngannou de 34 ans. J'ai hâte de voir si Ngannou aura fait ses devoirs après avoir perdu le dernier combat en raison de son incapacité à trouver des réponses à l'excellence du champion en lutte. Certains vont affirmer que tu ne peux pas apprendre à lutter contre quelqu'un qui maîtrise cela à la perfection comme c'est le cas de Miocic. J'aurai pour mon dire qu'offensivement, c'est vrai. Mais défensivement, je ne suis pas d'accord qu'il ne peut pas avoir fait de progrès. La lutte défensive, c'est beaucoup plus du positionnement que du talent proprement dit. C'est bien plus « facile » d'apprendre à se défendre contre une amenée au sol que d'apprendre à faire des projections au sol contre un des meilleurs lutteurs au monde.

Je crois que Ngannou sait ce qu'il veut faire. Il est conscient que s'il ne veut pas échanger coup pour coup avec lui, Miocic va à nouveau tenter d'amener le combat au sol. C'est du point de vue stratégique du champion que je serai le plus intrigué, car on se doute bien de ce que le Français chechera à accomplir.
Si on regarde ce que disent les preneurs au livre à quelques jours du combat, on s'aperçoit que l'aspirant au titre est légèrement favori pour l'emporter. Je crois que les parieurs et les amateurs en général trouvent Ngannou plus spectaculaire et charismatique, pour être bien honnête.

Pourtant, Miocic est le seul poids lourd à avoir défendu sa ceintutre à trois reprises. Il est le meilleur de l'histoire dans sa catégorie. Mais il ne reçoit peut-être pas tout le mérite qui lui revient car il n'est pas assez flamboyant au goût de certains. C'est un peu étrange car ce gars-là est hilarant en conférence de presse et son parcours est fascinant, sachant qu'il est aussi pompier dans la vie. On aurait l'impression qu'il attirerait plus la sympathique des partisans, mais chez les lourds, on préfère se ranger derrière les combattants bâtis tels des « super-héros » comme Ngannou.

En même temps, la façon dont il a terminé ses quatre derniers combats y est peut-être un peu aussi pour quelque chose. Ç'a frappé l'imaginaire des gens.
Si Miocic a une base technique plus propre que Ngannou, je le crois également capable d'ébranler Ngannou d'un bon coup de poing. Le combat au sol n'est pas la seule voie de l'Américain vers la victoire, à mon avis. Il frappe très, très solidement aussi.

Avec Ngannou, c'est de la force brute, et ses frappes sont plus « larges » pour ainsi dire. C'est certainement moins peaufiné que Miocic, qui est plus compact dans ses attaques et dans sa garde. C'est un clash stylistique assez important quand on y pense, au niveau du combat debout.

Woodley doit sortir de sa torpeur

En raison du test positif d'Alexander Volkanovski à la COVID-19, ce sont Vicente Luque et Tyron Woodley qui auront les honneurs de disputer la demi-finale.

On le sait, Woodley, l'ancien champion des 170 lbs, est dans une très mauvaise passe avec trois défaites consécutives, dont deux performances de suite que je qualiferais de « médiocres ». Samedi, Woodley devra bien se tenir, car il aura devant celui que je considère être le meilleur combattant debout chez les mi-moyens. Il va devoir trouver une façon de s'approcher et de lutter.

Mais en réalité, je crois fermement que ce sera difficile pour Woodley, qui n'est plus l'ombre de lui-même depuis sa défaite contre Kamaru Usman, il y a maintenant deux ans.

Maintenant, Woodley risque-t-il de tomber dans les mauvaises grâces de Dana White s'il encaisse une autre défaite? C'est dur à dire, car ça dépend toujours de la façon que les insuccès surviennent. White a toujours dit qu'il faut relativiser ces séquences de défaites, qu'aucune n'est nécessairement comparable à une autre. Si tu donnes un spectacle, que tu mets le coeur à l'ouvrage, que tu démontres que tu veux gagner, tu auras probablement une nouvelle chance de te faire valoir.

Sauf qu'une autre performance semblable aux deux dernières de Woodley, ça ne serait rien pour aider sa cote de popularité. On ne veut pas le voir encore une fois être figé sur place, à ne rien tenter, car c'était pénible à regarder.

Une opportunité à saisir pour Barriault

Un mot finalement pour mentionner qu'on amorcera notre couverture en force, avec la présentation dès 19 h 30 du combat du Québécois Marc-André Barriault, qui sera opposé au Marocain Abu Azaitar. Son adversaire n'est pas monté dans l'octogone depuis trois ans, 
 

Un combat de rédemption pour Barriault

Pour Barriault cependant, l'idée est de se concentrer sur son propre plan de match et non sur la longue période d'inactivité de son rival. Azaitar va vouloir rester debout et échanger car il accumule la plupart de ses victoires par K.-O. C'est un style qui convient parfaitement à Marc-André. 

On se souviendra que Barriault avait gagné son dernier combat, en juin 2020, avec une mise hors de combat spectaculaire, avant que ça devienne officiellement un 'No contest' en raison de sa suspension qui s'en est suivie. Je veux le voir tourner la page là-dessus et bâtir sur ce qu'il avait accompli dans l'octogone à son dernier passage.

Il se doit de saisir cette opportunité. Oui, il a un nouveau contrat en poche. Mais ce ne sont pas des combats garantis, et avec une défaite, je serais quelque peu surpris que l'organisation choisisse de poursuivre l'association.

Marc-André doit aller s'amuser et appliquer son plan de match. Pour lui avoir parlé récemment en entrevue, je sais qu'il s'est préparé d'admirable façon en Floride avec son entraîneur et son partenaire d'entraînement. De tels sacrifices, on souhaite toujours que ça paie, et on espère que ça va tourner en sa faveur samedi!

* propos recueillis par Maxime Desroches