Avant-match Buccaneers c. Chiefs

Prédictions des experts

Vos prédictions du Super Bowl

RDS vous prépare une journée spéciale dimanche, dès 12h30, menant au match du Super Bowl qui sera présenté sur RDS et RDS Direct à 17 h 30.

Le Super Bowl s’en vient et on a hâte! J’avoue que depuis vendredi dernier, je me croise les doigts pour qu’il n’y ait aucune nouvelle négative concernant des cas de COVID-19 au sein des Chiefs de Kansas City et des Buccaneers de Tampa Bay. Je dis vendredi car un joueur qui serait déclaré positif devrait être tenu à l’écart pendant 10 jours et raterait donc la grande finale.

Les Chiefs l’abordent comme un match à l’étranger standard et n’arriveront que samedi à Tampa Bay. Ils ne ressentent pas la nécessité d’arriver trop tôt. Ils préfèrent demeurer dans leur environnement pour contrôler tout contact avec le virus et je pense que c’est une bonne chose. Tu ne peux pas te permettre de perdre un joueur, mais pour l’instant, ça semble bien se dérouler.

Au niveau du match en tant que tel, ce qui retiendra particulièrement mon attention, c’est la guerre des tranchées. On le répète constamment, au football, ça commence dans les tranchées. C’est toujours important, mais on s’entend que ça va l’être encore plus dimanche.

Le Super Bowl au temps de la COVID-19

Il y a des blessures du côté de la ligne à l’attaque des Chiefs et ça va être à surveiller. Pendant ce temps, une des forces des Bucs, c’est leur front défensif. Déjà là, c’est une confrontation qui pourrait dicter l’allure de la partie.

La blessure d’Eric Fisher contre les Bills de Buffalo en est une qui provoque trois changements dans la formation des Chiefs. Puisque le bloqueur à gauche est blessé, on déplace le bloqueur Mike Weber de droite à gauche, on envoie le garde à droite Andrew Wylie au poste de bloqueur à droite, puis on envoie le réserviste Stefen Wisniewski comme garde à droite. Trois changements, ça signifie que 60 % de la ligne à l’attaque est différente. Si tu es habituellement réserviste, ce n’est pas pour rien, c’est que logiquement tu ne fais pas tout à fait l’affaire comparativement à d’autres. Si tu es bloqueur à droite, c’est parce que tu n’es pas aussi athlétique qu’un bloqueur à gauche, et si tu es garde, c’est que tu es généralement plus physique mais moins athlétique qu’un bloqueur. Bref, tous ces joueurs ne sont plus assis dans la bonne chaise et ne travaillent pas selon leurs spécialités respectives. Même si les Chiefs disent avoir confiance en leur talent, ça reste que ce qui fait la force d’une unité à l’attaque, c’est sa continuité, sa cohésion, son homogénéité, sa communication. Le fait de jouer hors position et de ne pas être habitués de jouer ensemble,  ça rend les Chiefs plus fragiles. Il y aura énormément de travail à faire pour assurer une unité. Je surveillerai donc les confrontations entre Jason Pierre-Paul contre Mike Remmers et Shaquil Barrett contre Andrew Wylie. Ce sont de gros joueurs de ligne qui ne sont pas les plus mobiles... est-ce qu’ils vont être capables de danser avec les chasseurs de quart des Bucs?

Tout ça combiné au fait que Patrick Mahomes n’est pas toujours le plus discipliné dans sa pochette. Plus souvent qu’autrement, il va s’échapper. Il va gagner du temps, il va bien faire paraître sa ligne à l’attaque même si on manque parfois des blocs. Mais un de ses petits défauts, c’est qu’il recule parfois profondément dans sa pochette, ce qui bousille les angles de blocage des bloqueurs. Au lieu d’être à 7-8 verges dans sa pochette, il recule à 10-11 verges. Parfois ça lui sert bien, mais parfois, ça peut mettre sa ligne à l’attaque dans le trouble et peut permettre aux ailiers défensifs de contourner les bloqueurs des Chiefs comme si de rien n’était. Il faudra surveiller son niveau de discipline sur ses reculs.

Le possible héros obscur des Chiefs

On cherche souvent des facteurs X dans un duel au Super Bowl. On se dit que normalement l’adversaire va essayer de ralentir les meilleurs joueurs de l’autre côté, et on cherche ce facteur X, ce joueur obscur qui va connaître un grand rôle. Ici, j’ai le goût de dire qu’il pourrait non pas s’agir d’un joueur, mais de l’entraîneur de la ligne à l’attaque des Chiefs, Andy Heck. C’est peut-être lui qui pourrait en quelque sort devenir le héros obscur.

Bref, voilà une confrontation qui va faire foi de tout. La ligne défensive des Bucs et le front défensif en général sont condamnés à dominer. Ils seraient censés avoir le dessus sur une ligne offensive amochée, il n’y a pas d’excuse, surtout quand ta force est ta ligne défensive. S’ils ne gagnent pas cette confrontation, il n’y a pas vraiment d’espoir pour les Bucs de gagner.

Carré d'as : les Bucs peuvent-ils surprendre?

Si je regarde les confrontations de fronts défensifs qui ont déjà dominé et qui ont fait la différence dans le Super Bowl, je pense instinctivement à celui des Broncos de Denver quand ils avaient gagné face aux Panthers de la Caroline au Super Bowl 50. Ils avaient réalisé 7 sacs du quart et frappé Cam Newton 13 fois. Je ne pense pas que le front des Bucs va se rendre à ce genre de statistiques, mais il doit avoir autant d’impact. Ils en ont profité contre les Packers en réalisant 5 sacs et ils doivent le refaire. Je suis quand même conscient que même si c’est primordial, ce ne sera pas pour autant facile à exécuter. Au Super Bowl 54, l’an dernier, Mahomes n’avait pas eu la vie facile contre les 49ers de San Francisco. Il a lancé 2 interceptions, il a été frappé 9 fois, a subi 4 sacs et a été victime de 2 échappées, mais heureusement il ne les avait pas perdues. Il a été passablement malmené, mais malgré tout, les Chiefs ont complété une remontée spectaculaire au quatrième quart pour être couronnés champions.

Ce n’est pas facile de déranger Mahomes, c’est tout un compétiteur. Si j’ai un conseil à donner aux Bucs, c’est de finir la job. Il faut le faire payer le plus possible. Ne faites pas comme les Bills en finale d’association. Ces derniers se sont rendus plusieurs fois au quart sans être capables de le rabattre au sol. Pensons à deux jeux rapides que Mahomes a échappés, dont un à Matt Milano. Sur un autre, il a échappé au joueur recrue A.J. Epenesa. Ce sont deux sacs d’une perte totale potentielle d’environ 15-16 verges qui ont plutôt été convertis en gains de plus de 60 verges. Mahomes est une vraie couleuvre, il a le tour de te glisser entre les doigts. Il faut l’affecter parce que lorsqu’il quitte la pochette, c’est là qu’il est le plus dangereux. Que ce soit pour lancer, pour courir, il a le don d’aller chercher le premier essai, il peut même marquer un touché au sol. On parle toujours de son bras, mais il faut lui couper les jambes, il est parfois encore plus dangereux avec celles-ci.

L’entraîneur-chef Andy Reid et les Chiefs en sont conscients, alors il y a une panoplie de choses qu’on peut faire pour limiter les dégâts, que ce soit des concepts de jeu avec des passes rapides, des passes pièges, de l’aide avec le porteur de ballon, de l’aide avec un ailier rapproché. Ils peuvent aussi faire bouger la pochette, ou encore courir, car évidemment c’est dur d’affecter le quart quand c’est un jeu au sol. Il y a également toutes les options de course-passe que les Chiefs ont l'habitude de tenter. C'est-à-dire qu’il y a un jeu au sol et un jeu de passe qui partent de façon simultanée, et ultimement c’est Mahomes qui va décider où va le ballon. C’est dur aussi de faire des sacs du quart sur ce genre de jeux. Bref, on a un arsenal de jeux qu’on va utiliser, parce que le but est que les Chiefs s’arrangent pour que si jamais Mahomes lance 40 passes, ce ne seront pas 40 jeux de passes classiques où le quart est dans la pochette. Ils ont toutes sortes de manières de limiter les occasions adverses d’attaquer le quart, ils ne doivent pas en donner beaucoup. Je pense que ce sera crucial et les Chiefs le savent.

Pour terminer sur ce sujet, revenons au Super Bowl 50 entre les Broncos et les Panthers. La ligne à l’attaque des Panthers s’était fait prendre d’assaut. Cette journée-là, Von Miller avait réussi 2,5 sacs et avait frappé Cam Newton deux fois, il avait provoqué deux échappés et rabattu une passe, tout en ajoutant six plaqués. La majorité du temps, il travaillait contre un certain Mike Remmers, qui à l’époque était le bloqueur à droite des Panthers. Ce même Remmers qui est aujourd’hui bloqueur à gauche pour les Chiefs et qui devra faire face à Jason Pierre-Paul. Est-ce que le résultat sera le même? Est-ce que Remmers en aura encore plein les bras? Je ne le lui souhaite pas, mais c’est un drôle de parallèle.

Comment déstabiliser Brady?

Dans l’affrontement entre Tom Brady et la défense des Chiefs, plus précisément le coordonnateur défensif Steve Spagnuolo, il y aura tout un jeu d’échecs.

Historiquement, ce n’est pas compliqué de savoir quoi faire contre Brady, mais c’est autre chose que de l’appliquer. Il faut être capable de l’attaquer physiquement, de le brasser, de le rabattre au sol, de le frapper quand il décoche ses passes, mais en même temps, il faut l’attaquer mentalement. C’est un gars tellement brillant qui a tout vu, qui est tellement préparé, qu’il faut être capable de diversifier et de déguiser tes stratégies contre lui. Tu ne peux pas faire deux fois la même affaire contre Brady. Ça prend des permutations et des ajustements de dernières secondes à la levée du ballon qui font en sorte qu’il ne saura pas quoi faire exactement. C’est une méchante commande. Si tu veux tenter de mélanger un grand quart-arrière comme lui, tu dois gagner après la levée du ballon en faisant en sorte que le portrait défensif soit complètement différent qu’avant la levée.

Il est intéressant de souligner par ailleurs que Spagnuolo a été le coordonnateur défensif des Giants de New York en 2007 quand ils ont gâché la fameuse saison parfaite des Patriots, l’ancienne équipe de Brady. Les Giants l’avaient brassé physiquement et mentalement. Ils n’ont pas joué de façon conservatrice et c’est la chose à faire contre un gars qui a tout vu.

Est-ce que l’arbitrage sera plus clément?

Le dernier aspect que je souhaite aborder concerne l’arbitrage. Tout comme mon collègue Matthieu Proulx, je me demande comment ça va affecter le cours du match. On a tous hâte de voir quels seront les critères des officiels. Est-ce qu’on va permettre aux équipes de jouer physique : de retenir, de frapper, de brasser pour ralentir l’adversaire? Outre frapper, est-ce qu’on permettra de mettre les mains sur le joueur adverse  pour l’accrocher, comme la ligne à l’attaque et les demis défensifs aiment faire? Je pense que les demis défensifs en couverture homme à homme sont un peu comme des joueurs de ligne offensive en protection de passe. Ils vont essayer si possible de retenir continuellement, ils vont tout faire pour ralentir leurs vis-à-vis à chaque jeu. Souvent, tu prends le pari que les arbitres n’auront pas le courage de lancer des mouchoirs à chacun des jeux pour signaler une pénalité. Les arbitres ne veulent pas voler le spectacle. Si on laisse les demis défensifs des Bucs accrocher, ça va les aider en ralentissant les joueurs rapides des Chiefs. À l’inverse, si on laisse la ligne offensive des Chiefs accrocher, ça va ralentir la ligne défensive des Bucs.

La façon dont les arbitres vont gérer ça va avoir un impact majeur sur le dénouement. Lors du dernier Super Bowl, il y a eu quatre pénalités contre les Chiefs et cinq contre les Niners. En finale de l’association cette année, il y en a eu deux contre les Bucs et quatre contre les Pacers, quatre contre les Bills et trois contre les Chiefs. Visiblement, les arbitres n’ont pas trop voulu intervenir.

Sur ce, je vous souhaite à tous un excellent un match!

* Propos recueillis par Audrey Roy

Super Bowl LV : les choix des experts!
Les Chiefs dominent les airs; les Bucs gagnent au sol
Tom Brady n'a plus le droit à l'erreur
Les Chiefs sont encore plus matures!
Le PM Legault félicite et encourage Antony Auclair
Les paris loufoques du Super Bowl
10e fois au Super Bowl, c'est pas rien!