Nick Suzuki est le nouveau capitaine du Canadien de Montréal. Il succède à Shea Weber.

L'entraîneur Martin St-Louis en a fait l'annonce, lundi matin, dans le cadre du tournoi de golf annuel de l'équipe au club de golf Laval-sur-le-Lac.

Brendan Gallagher et Joel Edmundson seront ses adjoints.

« C’est un réel honneur et un privilège de devenir le capitaine des Canadiens de Montréal. L’équipe s’en va dans la bonne direction et je ne pourrais pas être plus excité », a d'abord commenté Suzuki.

Âgé de 23 ans, Suzuki devient ainsi le plus jeune capitaine de l'histoire de l'équipe. Il en sera à sa quatrième saison chez les professionnels, alors qu'il entreprendra la première saison d'un contrat de huit ans qu'il a signé en octobre 2021. Il a fait ses débuts dans la LNH avec les Canadiens en 2019-2020, saison durant laquelle il a été nommé au sein de l'équipe d'étoiles des recrues de la LNH.

« Suzy est jeune, mais il est très mature. Le plus important, c’est qu’il a le respect de tous les gars dans notre vestiaire. Il est le coeur de notre équipe », a louangé Gallagher.

Le vétéran a dit qu’il a commencé à déceler des airs de leader chez Suzuki lors du long parcours de l’équipe en séries éliminatoires en 2020.

Nick Suzuki, le choix de la direction

« Il y a dans ses traits un calme constant qui se transporte dans le vestiaire. Et dans les grands moments, il a montré qu’il pouvait livrer la marchandise. »

« Il a une bonne tête sur les épaules, toujours calme et en contrôle. En termes de maturité, il ne fait pas son âge, a fait remarquer Edmundson. Depuis que je suis ici, il a été le kid qu’il est, mais il a aussi été un de nos leaders. »

« Ça signifie beaucoup pour moi, juste de voir le respect que la direction, mes coéquipiers et les entraîneurs ont pour moi, a réagi Suzuki. C’est un gros rôle, mais je pense que je suis prêt pour ça. Le futur est brillant ici et je suis excité d’en faire partie. »

Un choix de la direction

La nomination de Suzuki n'est pas le résultat d'un vote au sein des membres de l'équipe, mais plutôt le choix de la direction.

« Ce n’est pas qu’on n’a pas laissé les joueurs [décider]. Pendant la saison l’an passé, on a pris le temps de parler aux joueurs pour avoir le pouls de la chambre pour savoir qui étaient les leaders, mais en fin de compte c’est nous qui avons pris la décision. On a une jeune équipe et on voulait être sûrs que le capitaine était capable de gérer pas seulement ceux qui sont dans la chambre aujourd’hui, mais aussi ceux qui vont être dans la chambre au mois d'octobre, novembre, décembre et avril parce qu’on anticipe que les jeunes vont passer des séquences à Montréal », a justifié le directeur général Kent Hughes.

« Parfois, on parle à un jeune de 23 ans et on a l’impression qu’il a 18 ans. Nick, c’est le contraire, a de son côté observé le vice-président exécutif des opérations hockey Jeff Gorton. C’est un gars en plein contrôle de ses émotions. Quand je lui parle, j’ai l’impression qu’il a 30 ans et qu’il est dans la ligue depuis longtemps même si ce n’est pas le cas. On est très confiant envers cette décision de groupe, on a passé beaucoup de temps à en parler. Nick est un candidat idéal pour où nous en sommes.

« On a eu des communications avec des joueurs, mais à la fin de la journée, ce n’est pas un vote de popularité. C’est une grosse décision, on a eu des discussions avec des joueurs et la direction. On a pris la décision qui était la meilleure », a quant à lui commenté St-Louis, qui a été le premier à sonder l'intérêt du jeune attaquant.

« J’ai eu une rencontre avec Nick en juillet. J’ai amené l’idée et mes pensées. Je voulais qu’il y réfléchisse, je voulais qu’il s’appuie sur son cercle proche, ses amis, sa famille, peu importe. C’est une grosse décision, il faut être prêt. Pendant qu’il faisait ça, j’ai eu des discussions avec Kent, Gorts (Jeff Gorton), et d’autres joueurs. On s’est rencontré à nouveau, on en a parlé encore, et il a pris sa décision. »

Au terme de plusieurs semaines de réflexion, Suzuki ne pouvait pas refusé pareille offre.

« Quand on te demande d’être le capitaine des Canadiens de Montréal, je pense que la réponse est assez facile. J’aurai d’excellents gars sur qui m’appuyer. »

« Je me sens prêt. Je sais que je suis un peu jeune, mais je pense avoir acquis le respect de mes coéquipiers depuis que je suis arrivé ici à l’âge de 20 ans. »

Assurément, il a celui de Gallagher, a témoigné Hughes, qui n'anticipe pas de contrecoup à la sélection de Suzuki plutôt que celle du vétéran.

« Brendan est tellement un joueur d’équipe. Je pense que sa réponse a été "C’est l’équipe de Nick, maintenant. Ça ne changera rien pour moi, je vais demeurer un leader et un membre de l’équipe". »

En 209 matchs dans la LNH, Suzuki a marqué 49 buts et ajouté 94 aides, pour un total de 143 points. La saison dernière, le joueur de centre a établi un sommet personnel et mené l'équipe avec 61 points en 82 matchs, en plus de participer au match des étoiles de la LNH pour la première fois de sa carrière. Sa séquence de 209 matchs consécutifs est la sixième plus longue séquence active dans la LNH (à égalité avec Elias Lindholm des Flames de Calgary).

Sélectionné au premier tour (13e au total) par les Golden Knights de Vegas en 2017, Suzuki a été acquis par les Canadiens en compagnie de Tomas Tatar et d'un choix au repêchage en retour de Max Pacioretty, le 10 septembre 2018.

« Nick le mérite et il est prêt »