vendredi, 30 sept. 2011. 17:14

BROSSARD, Qc - David Desharnais ne connaît pas son meilleur camp et il a en quelque sorte fait son mea culpa, vendredi. Peut-être a-t-il baissé la garde et a-t-il tenu un peu trop les choses pour acquises. Peut-on lui en vouloir? Lui qui a toujours dû se battre avec acharnement à chacun des échelons qu'il devait gravir, il s'est présenté au camp du Canadien pour la première fois cette année, avec un contrat de la LNH de deux saisons en poche.

« J'ai toujours été en mode survie, jamais je ne pouvais me permettre le moindre relâchement. J'abordais chacune des journées, chacun des matchs avec la crainte d'être rétrogradé », a-t-il rappelé.

« J'avais perdu quelque peu cet instinct de survie en arrivant au camp cette année et je dois le retrouver, a-t-il admis. Le match de jeudi a été positif pour moi parce qu'il m'a fait réaliser qu'on n'est jamais assuré d'un poste. »

« À chaque match, je dois me défoncer et donner mon 100 pour cent, a-t-il repris. Même pas 98 pour cent, c'est insuffisant pour moi. Ce qui s'est passé jeudi a été une bonne chose », a-t-il répété.

Desharnais a été sur la glace pour trois des quatre buts du Lightning de Tampa Bay, jeudi. Blanchi de la feuille de pointage, il montre une piètre fiche de moins-6 en défense, en deux matchs seulement.

« Pas besoin de me le dire, je le sais », a-t-il répondu, quand on a abordé le sujet.

À sa décharge, l'ancien des Saguenéens de Chicoutimi a été incommodé par une légère blessure et il a vu moins d'action.

Le patineur natif de Laurier-Station, sur la rive-sud de Québec, aura l'occasion de se racheter devant parents et amis, samedi, au Colisée Pepsi.

Il y a deux ans, l'entraîneur Jacques Martin avait permis à Desharnais d'évoluer devant les siens quand le Canadien s'était mesuré aux Bruins de Boston, à Québec. L'an dernier, il avait raté le rendez-vous face aux Islanders de New York, ayant déjà été retranché.

Darche doute encore

Le vétéran Mathieu Darche ne s'était pas gagné des admirateurs à Québec, l'an dernier, en exprimant des réserves quant à un éventuel retour des Nordiques dans la LNH. Un an plus tard, Darche entretient encore des doutes.

« Le dossier a progressé et on va construire l'amphithéâtre, mais c'est loin d'être réglé, a affirmé le vétéran attaquant, qui a déjà confessé avoir beaucoup détesté les Nordiques à l'époque. Qu'on me comprenne bien, je souhaite revivre la rivalité Canadien-Nordiques. Ce serait le 'fun'. Mais ça n'arrivera pas si facilement qu'on le croit. La Ligue nationale est conservatrice. Elle sera très réticente de transférer deux concessions en peu de temps, voire en deux ans. »

Markov, « on savait »

Jacques Martin a confirmé qu'Andrei Markov a rencontré le médecin, vendredi. L'entraîneur du CH a répété que la période de récupération du vétéran défenseur suit son cours normal, sans être en mesure de préciser à quel moment il pourra recommencer à s'entraîner avec ses coéquipiers.

Martin a laissé tomber pour la première fois « qu'on savait depuis le début (du camp) que Markov ne serait pas prêt à amorcer la saison ».

Au tournoi de golf, le directeur général Pierre Gauthier avait dit espérer que Markov soit prêt. La semaine dernière, après la mise sous contrat de Chris Campoli, Gauthier avait été un peu moins nébuleux, en affirmant que Markov ne raterait pas beaucoup de matchs, si c'était le cas.

Si on savait depuis le début, pourquoi ne pas l'avoir communiqué aux amateurs dès le début? Un peu plus de transparence serait parfois de bon aloi.

C'était évident que Markov, qui se remet d'une seconde opération au genou droit en l'espace de sept mois, ne serait pas prêt pour le 6 octobre puisqu'il patine encore en solitaire.