ZANDVOORT, Pays-Bas - Le Néerlandais Max Verstappen a habilement profité de la relance de la course après la sortie de la voiture de sécurité pour remporter le Grand Prix de Formule 1 des Pays Bas, dimanche, devant 100 000 fans en adoration.

Du coup, Verstappen a remporté une quatrième course consécutive, un exploit qu'il n'avait encore jamais réalisé en carrière en Formule 1.

Cette 10e victoire en 2022 a aussi permis au porte-couleurs de l'écurie Red Bull d'égaler le total enregistré l'année dernière et de porter à 109 points son avance en tête du classement du championnat des pilotes. Verstappen compte 310 points.

Avec encore sept courses au calendrier, un deuxième titre mondial consécutif semble de plus en plus probable pour Verstappen, au moment où ses plus proches poursuivants, Charles Leclerc (Ferrari) et son coéquipier Sergio Perez, continuent de perdre du terrain. Leclerc et Perez se partagent le deuxième échelon avec 201 points.

« Très joli résultat, les gars », a déclaré Verstappen aux membres de son équipe, avant de faire savoir à sa légion de supporters qu'il était « fier d'être Néerlandais ».

Cette deuxième victoire d'affilée devant les siens, et la 30e de sa carrière en F1, a été encore plus gratifiante pour Verstappen en raison d'un problème de boîte de vitesses survenu vendredi, lors de la première séance d'essais libres.

« J'ai dû travailler encore plus pour l'obtenir, un week-end incroyable », a ajouté Verstappen. « Encore une fois, nous avions un excellent rythme. »

George Russell (Mercedes) a complété la course au deuxième rang, devant Leclerc. Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) s'est classé quatrième après avoir roulé pendant un certain temps à l'avant du peloton.

« Du point de vue de l'équipe, nous avons affiché une cadence incroyable aujourd'hui. Le résultat de l'équipe n'est pas celui que nous aurions espéré, mais nous avons des raisons d'être confiants face à l'avenir », a affirmé Russell. « Lentement, nous nous approchons de cette plus haute marche. »

Parti de la 10e place, le Québécois Lance Stroll, sur Aston Martin, a gagné deux rangs au départ mais a néanmoins terminé l'épreuve en 10e position. Il a quand même récolté un cinquième point cette saison au championnat des pilotes. Le Torontois Nicholas Latifi (Williams) s'est classé 18e.

« Dans l'ensemble, ce fut un week-end positif en termes de performances, mais nous avons été un peu malchanceux aujourd'hui avec la tournure des événements et des répercussions qu'ils ont eus sur notre stratégie », a déclaré Stroll.

« Le moment où est arrivée la voiture de sécurité a donné l'avantage aux Alpine et à (Lando) Norris. Sans cela, nous aurions pu batailler pour la septième place. Notre rythme a été excellent tout au long du week-end, je me sentais vraiment confiant dans la voiture et nous étions plus compétitifs », a aussi décrit Stroll, qui s'est dit confiant pour les prochaines courses.

Changement de pneus

Verstappen semblait se diriger vers une victoire relativement facile lorsque la voiture de sécurité a été dépêchée sur la piste au 56e tour, après que Valtteri Bottas eut connu des problèmes de moteur avec son Alfa Romeo.

Une course à trois écuries aux Pays-Bas

Verstappen a procédé à un changement de pneus et s'est retrouvé derrière Hamilton, meneur de la course, avec 12 tours à compléter.

Cependant, Hamilton roulait sur des gommes intermédiaires, plus lentes, tandis que Verstappen avait opté pour des gommes tendres, plus rapides. Un peu comme en 2021 lorsqu'il a perdu le titre mondial au profit de Verstappen lors de la dernière course de la saison à Abou Dabi, Hamilton devenait une cible accessible pour le Néerlandais.

Puis, Hamilton a mal jugé sa relance et Verstappen l'a aussitôt doublé, provoquant une effusion de joie parmi ses fans. Le Néerlandais a aussi obtenu un point additionnel pour le tour le plus rapide.

Furieux, Hamilton s'en est pris verbalement aux membres de son équipe à la radio. Il a même fait usage d'un juron pour leur faire savoir qu'il n'était pas heureux du fait qu'il n'avait pas profité de la présence de la voiture de sécurité sur la piste pour effectuer un changement de pneus, alors que Russell l'avait fait.

Ensuite, Hamilton a semblé appliquer les freins tardivement lorsque Russell l'a dépassé, et les deux coéquipiers ont failli entrer en collision. Hamilton ne pouvait plus contenir sa rage et s'est lancé dans une nouvelle diatribe.

La situation de Hamilton s'est dégradée davantage lorsque Leclerc l'a doublé à son tour pour se glisser en troisième place.

« Désolé que ça n'ait pas fonctionné », a déclaré Toto Wolff, propriétaire principal de Mercedes, à Hamilton. « Nous avons fait ce dont nous avions parlé ce matin dans le bureau. »

Plus tard, Hamilton avait retrouvé son calme et a remercié ses mécaniciens.

Quant à la manoeuvre de Leclerc, elle a apporté un léger baume à une écurie Ferrari qui a été incapable d'éliminer les erreurs les plus élémentaires.

Leclerc a entamé la course de la deuxième position, devant son coéquipier Carlos Sainz fils. Ce dernier a dû se contenter de la huitième place et a écopé une pénalité de cinq secondes pour être sorti des puits de façon non sécuritaire.

Précédemment, pendant le 15e des 72 tours de l'épreuve, Ferrari a saboté un changement de pneus de Sainz fils, un exercice qui a nécessité 13 secondes car les pneus n'étaient même pas prêts.

« Oh, mon Dieu », a laissé tomber Sainz fils, ahuri.

Des décisions payantes pour Verstappen