Jake Allen avait probablement réfléchi à un paquet de scénarios quand il a été échangé au Canadien avant le début de la saison 2020-2021. Parions que celui où il devenait un jour le gardien numéro un de l’organisation ne lui avait jamais traversé l’esprit.

C’est pourtant dans ce rôle que le gardien néo-brunswickois est arrivé au tournoi de golf du Canadien lundi. En l’absence de Carey Price, dont le nom a récemment été inscrit sur la liste des blessés à long terme, c’est lui qui sera le dernier rempart défensif de cette équipe en reconstruction cette année.

« Pour moi, c’est une superbe opportunité, a réagi le cerbère de 32 ans. En arrivant ici il y a [deux] ans, avec Carey devant moi, je ne me serais jamais attendu à ça. Mais les choses peuvent changer vite dans ce sport. C’est dommage que "Pricer" ne soit plus avec nous, on forme une meilleure équipe avec lui, mais personnellement, c’est une autre chance d’ajouter des matchs à ma fiche dans un rôle qui, au fond, a été le mien depuis deux ans. »

En fait, Allen a joué dans 46% des matchs du Canadien depuis son arrivée. Il aurait été encore plus occupé si des blessures ne lui avaient pas fait rater une importante partie de la deuxième moitié de saison l’an dernier.

Quand il a été en santé, il a plus souvent qu’autrement rempli brillamment son mandat devant un filet bombardé par l’adversaire.

« Ça sera une occasion de plus pour moi de peaufiner mon jeu et d’aider cette équipe, d’être une présence rassurante pour tout le monde à l’arrière », se donne-t-il comme mission.

Il y a deux ans, Allen a signé une prolongation de contrat qui viendra à échéance à la fin de la présente saison. Des rumeurs l’ont impliqué dans des négociations pour un nouveau pacte durant l’été, mais rien ne s’est encore matérialisé.

« On a eu des discussions, a-t-il confirmé. Je n’en dirai pas plus. C’est le genre de chose qui peut s’en aller dans une direction ou  dans l’autre. On s’est parlé et il n’y a rien à ajouter pour l’instant. »

Montembeault prévoit « une lutte amicale »

Derrière Allen, le rôle d’auxiliaire devrait appartenir à Samuel Montembeault, qui vient de connaître sa saison la plus occupée dans la LNH avec une charge de travail de 38 matchs. Mais le jeune Cayden Primeau, brillant lors des séries de la Ligue Américaine le printemps dernier, pourrait toutefois brouiller les cartes.

« Le poste de deuxième gardien est ouvert, mais c’est moi qui rentre là, dit le Québécois de 25 ans. J’ai joué l’année passée au complet, donc je suis un vétéran de deuxième année. Ça va être à moi de le perdre. »

« Cayden est un excellent gardien, un bon jeune. Il a connu d’excellentes séries, il très bon techniquement. Ça va être une bonne lutte, mais je m’entends super bien avec lui. Ça va être une lutte amicale. »

Nouvelle saison, nouveaux défis pour St-Louis