Le Canadien de Montréal amorcera son calendrier de 56 matchs mercredi contre les Maple Leafs de Toronto.

L’entraîneur-chef Claude Julien a osé dire qu'il avait une équipe pour aller jusqu'au bout. Alors qu’on nous a souvent habitués au cours des dernières années à dire qu’il importait d'abord de se qualifier pour les séries avant de se voir plus loin, le directeur général Marc Bergevin abonde dans le même sens que Julien.

« Le but ultime est la coupe Stanley, mais avec les changements qu’on a fait, la barre est haute, a déclaré Bergevin lors de l'émission du 5 à 7. On n’a pas un match de disputé, on commence mercredi, mais les attentes sont hautes. La division canadienne sera très difficile, les équipes sont excellentes, mais je pense qu’on est équipés pour faire face à la musique, que ce soit du côté rapidité, du côté physique ou avec Jake Allen qui vient supporter Carey Price. Dans l’ensemble, j’aime mon équipe. Nos joueurs sont vraiment excités.

Il dit même compter sur la meilleure équipe qu’il ait eue depuis son arrivée comme DG du CH le 2 mai 2012.

« Sur papier, je dirais oui. Encore là, on ne joue pas dans mon bureau à se lancer des feuilles, on va voir. Personnellement ce n’est pas un élément de pression, je suis plus excité de voir l’équipe performer à partir de mercredi à Toronto. »

Cette année, alors que les revenus sont inexistants en raison de la COVID, Bergevin a été plus actif que par le passé et a utilisé au maximum sa masse salariale. Le club s’est entendu avec Jeff Petry et Brendan Gallagher. Il a obtenu un gardien adjoint dont on dit beaucoup de bien en Allen. Il a également consenti des contrats à long terme à Joel Edmundson et Josh Anderson, en plus d’ajouter de la profondeur avec Tyler Toffoli. Michael Frolik et Corey Perry.

« J’ai identifié à l’interne les joueurs importants pour l’organisation, dont Gally et Jeff. Puis plusieurs opportunités se sont présentées à nous. On dirait que tous les morceaux du casse-tête sont tombés en place. Le timing est vraiment important et on avait la masse salariale pour agir », dit-il.

Par ailleurs, les jeunes Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi seront au cœur du succès de l’équipe au centre. Ils sont bourrés de talent mais n'ont pas encore une tonne d'expérience dans la LNH. Malgré cela, Bergevin est confiant qu'ils seront capables d'assumer les responsabilités qui leurs seront données.

« On n’a pas une boule de cristal, mais basé sur le potentiel du joueur, sur ce qu’il a fait dans la bulle et dans les 10 dernières journées, Kotkaniemi est un joueur complètement différent de celui que je l’ai envoyé à Laval l’an passé. Il est plus fort physiquement, il a la maturité de comprendre ce qu’il faut pour devenir un bon joueur, et ce, à tous les jours. Il comprend ce que c’est que d’être dans la Ligue nationale. On est confiant qu’il a pris la maturité nécessaire et qu’il va continuer de s’améliorer. Même chose pour Suzuki, son sens du hockey est une coche en haut. Ce que j’ai aimé de Nick, c’est que pendant les séries, plus les matchs étaient importants, plus il élevait son intensité. »

Alexander Romanov en est un autre dont le DG a dit beaucoup de bien avant même qu'il arrive à Montréal et il semble connaître un bon camp. Jonathan Drouin attirera également l’attention puisqu’on espère le voir élever son jeu d’un cran et être épargné par les blessures contrairement à l'année dernière.

Écoutez l’intégralité de l’entrevue avec Marc Bergevin ici.

Des attentes plus élevées que jamais

 

La barre est haute, dit Bergevin