BUFFALO – Au niveau junior, Pierrick Dubé était reconnu pour exceller dans les moments cruciaux. À son plus grand bonheur, la tendance semble vouloir se poursuivre lors de son essai professionnel avec les Canadiens.

 

Le Québécois de 21 ans a exposé une prestation très encourageante pour la suite des choses. En sachant très bien que sa marge de manœuvre est minime, Dubé a su se faire remarquer pour les bonnes raisons.

 

Si ce n’était pas trop étonnant de le voir se dessiner quelques chances de marquer, Dubé a démontré qu’il pouvait ajouter des cordes à son arc en bloquant des tirs et en évoluant en infériorité numérique.

 

« Je pense que j’ai joué plus en désavantage numérique pendant ce match que durant toute ma carrière junior, a-t-il raconté en souriant. Tout ce que je veux, c’est devenir un joueur complet. J’ai goûté à un nouvel aspect et j’ai aimé ça en utilisant ma vitesse. »

 

« Je sais que c’est un joueur de jeu de puissance, mais Lappy (l’adjoint Martin Laperrière) l’a dirigé un peu à Québec et on connaît sa rapidité. Il est intelligent et il utilise bien son bâton », a commenté l’entraîneur-chef Jean-François Houle qui n’a pas craint de se fier sur lui.

Au fil des questions après le match, on a mieux compris comment Dubé a pu intégrer de nouveaux éléments à son arsenal.

 

« Dans le junior, j’étais plus reconnu comme un joueur offensif. Mais j’ai pratiqué avec des gars comme (Patrice) Bergeron et (Philip) Danault cet été. Je suis allé trois par semaine sur la glace avec eux », a mentionné Dubé qui a compté plusieurs buts importants du récent parcours éliminatoire des Cataractes de Shawinigan.

 

« Ils m’ont donné des conseils. Des joueurs offensifs dans la LNH, il y en a des milliers, si on peut dire, donc si je veux monter au prochain niveau je dois travailler sur des éléments défensifs. J’ai travaillé là-dessus cet été avec Bergeron, il m’a beaucoup aidé », a-t-il poursuivi.

 

Pierrick DubéNul doute, Dubé a pris les moyens pour être bien entouré alors qu’il veut percer au niveau professionnel.

 

« C’était le troisième été que je m’entraînais avec eux. De côtoyer des gars qui ont de longues carrières dans la LNH et qui sont des joueurs dominants, c’est toujours plaisant. Peu importe ce qu’ils me disent, ça rentre dans une oreille et ça reste dans ma tête. Ce sont des conseils qui valent de l’or. Je peux juste bâtir là-dessus », a admis Dubé, qui s’est aussi entraîné avec les Cataractes avant ce tournoi.

 

Bien sûr, il aurait adoré toucher la cible, surtout quand il s’est faufilé en échappée avec deux minutes à écouler au dernier tiers.

 

« Ce sont des chances sur lesquelles tu dois capitaliser dans le pro, c’est la seconde que tu as de moins comparativement au junior. Ce n’est pas plaisant de rater ta chance et que l’adversaire marque dix secondes plus tard », a réagi Dubé.

 

Son premier test professionnel dans le chandail du Canadien demeure toutefois une réussite.  

 

« Je pense que j’ai eu une bonne première performance, j’ai bien patiné, j’ai été intense et je me suis créé des chances de marquer », a conclu alors qu’une belle complicité pouvait être décelée avec Cédrick Guindon et Brett Stapley.