SOMMAIRE
BULLETIN DES JOUEURS

Campé derrière ses jambières et le reste de son équipement déposés pêle-mêle sur tapis rouge du vestiaire, des jambières et un équipement qui le protégeaient des caméras et des micros braqués sur lui après l’avoir protégé des rondelles tirées par les Red Wings de Detroit, Carey Price était visiblement fier de sa 315e victoire en carrière et surtout de ce qu’elle représentait.

 

Souriant, affable, Price a répondu à toutes les questions lancées en marge de cette victoire qui le propulse au premier rang de tous les gardiens ayant défendu les couleurs du Canadien au chapitre des victoires.

 

« Je suis bien sûr très fier de cette victoire et de ce qu’elle représente. C’est un beau moment. Un moment vraiment spécial. Quand tu regardes les photos de tous les joueurs qui sont passés dans ce vestiaire et que tu penses à tout ce qu’ils ont accompli pour cette organisation, je suis fier de faire partie de cette histoire », a souligné Price.

 

Bien qu’à court de questions, les journalistes sont demeurés devant lui un instant... ou deux. Les caméras et micros toujours pointés en sa direction

 

« C’est terminé? », a même dû lancer le gardien un brin gêné avant de reprendre son rituel d’après-match alors qu’il s’occupe jalousement de toutes les pièces de son équipement avant de la ranger dans les deux poches aux couleurs du Tricolore mises à sa disposition.

 

Price a ensuite pris quelques photos officielles avec la rondelle commémorant son gain historique. Il a aussi remercié les journalistes qui tenaient à le féliciter avant de quitter. Il a même serré la main d’un caméraman du réseau de télé des Premières Nations qui avait dépêché une équipe pour l’occasion.

 

C’est là que j’ai profité d’une ouverture pour présenter à Price une liste de ses principaux exploits jusqu’ici en carrière:

 

Une médaille d’or au Championnat mondial de hockey junior en 2007; la coupe Calder avec les Bulldogs d’Hamilton au printemps 2007; une médaille d’or aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014; plusieurs trophées individuels, dont le Hart, le Ted Lindsay et le Vézina qu’il a soulevés en 2015 en plus du trophée Jennings qu’il a partagé avec Corey Crawford; une médaille d’or à la coupe du Monde 2016.

 

Où diable Carey Price glisse-t-il sa 315e victoire au sein des exploits qu’il a multipliés au cours des 12 dernières années?

 

« Tous ces honneurs sont importants. Je ne les classe pas individuellement. J’aime mieux les regarder comme un tout. Comme un bouquet de fleurs si tu veux. La victoire de ce soir est donc une belle fleur qui s’ajoute au bouquet. Mais il me reste le gros vase d’argent à aller chercher pour déposer ce bouquet », a imagé le gardien qui marquera à jamais l’histoire du Canadien.

 

Pas question ici de comparer la valeur des 315 victoires de Carey Price à celle des 314 de Jacques Plante.

Price a été sublime dans un match critique

 

L’exercice serait futile puisqu’il est impossible d’établir des analyses cohérentes en raison de la trop grande disparité entre les réalités d’aujourd’hui, d’hier, d’avant-hier et d’avant avant-hier.

 

Ce qui est clair toutefois, c’est que Price a réalisé ce que plusieurs grands gardiens du Canadien n’ont pas été en mesure de faire au fil des années puisque Jacques Plante occupait le trône réservé au gardien le plus couronné de victoires chez le Canadien depuis le 2 janvier 1960 alors qu’il avait signé son 209e gain pour devancer son idole de jeunesse Bill Durnan.

 

De janvier 1960 au printemps 1963, Plante n’a fait qu’améliorer ce record auquel il a mis un terme il y a 56 ans – le 16 mars 1963 – au Forum, en signant sa 314e victoire dans l’uniforme du Tricolore – un gain de 5-3 – aux dépens des... Red Wings de Detroit.

 

Victoire historique et importante

 

Carey Price n’a pas seulement signé sa 315e victoire en carrière mardi soir au Centre Bell. Il a aussi signé son 29e gain de la saison.

 

Et s’il n’y a rien de vraiment historique derrière le chiffre 29, cela n’enlève rien à l’importance de la victoire puisque le Canadien se devait de gagner pour ne pas perdre de terrain dans la course aux séries en raison des victoires des Penguins de Pittsburgh à Washington, et des Blue Jackets de Columbus aux dépens des Bruins de Boston.

 

Dans un match qu’il a amorcé en réalisant un bel arrêt aux dépens du rapide Andreas Athanasiou et qu’il a complété avec un autre arrêt sensationnel aux dépens de Tyler Bertuzzi, encore en échappée, alors que les Wings tentaient de niveler les chances en fin de troisième, Price a été fidèle à ce qu’il représente chez le Canadien : la force tranquille derrière un club fragile.

 

« Carey m’a toujours impressionné par son calme. C’était vrai lorsque je l’affrontais comme adversaire et c’est plus vrai encore maintenant que je partage le même vestiaire que lui. C’est un joueur spécial. Sa façon d’être concentré sur ce qu’il fait, d’être en parfait contrôle, de respirer la confiance se propage au reste des joueurs. Surtout lorsque nous connaissons des séquences plus brouillonnes dans un match. On l’a d’ailleurs vu ce soir en troisième alors qu’il s’est imposé comme il l’a fait », a commenté le capitaine Shae Weber après le match.

 

Avec son arrêt sur le tout premier tir du match et les 12 qu’il a réalisés au dernier tiers après avoir cédé sur le premier tir des Wings en tout début de troisième, Price a non seulement donné confiance à ses coéquipiers, il a « sauvé les meubles » comme l’a indiqué l’entraîneur-chef Claude Julien.

Une page d'histoire méritée pour Carey Price

 

« Sur l’échappée en fin de troisième, j’ai joué un peu de chance. J’ai tenté d’imiter le « Dominator » -- Dominik Hasek – en m’étendant devant la cage pour couvrir le plus d’espace en espérant obtenir un coup de sifflet », a candidement reconnu le héros de la soirée.

 

Un héros qui a été ovationné à plusieurs reprises au dernier tiers alors que les partisans ont scandé plusieurs fois son nom. Price a aussi été chaudement ovationné lors de sa présentation à titre de première étoile et encore lors de l’entrevue accordée après son tour d’honneur à Marc Denis. Une entrevue qui a été suivie par une foule record alors que les partisans, en grande majorité, sont demeurés devant leur siège au lieu de filer en vitesse vers le métro ou leur voiture pour devancer la circulation.

 

Le Canadien est loin d’avoir disputé un grand match mardi. Il est loin d’avoir balayé du revers de la main des Red Wings qui n’ont plus la moindre chance mathématique d’accéder aux séries.

 

« À ce moment-ci de l’année, tous les points sont difficiles à aller chercher et c’est le résultat qui prime sur le reste. On peut jouer du bien meilleur hockey qu’on l’a fait ce soir, c’est vrai, mais on a su trouver les moyens pour gagner. Et les Wings qu’on a affrontés ce soir n’avaient rien à voir avec ceux que nous avons battus lors du dernier affrontement entre les deux équipes. Ils patinaient ce soir. Ils travaillaient. Ils ont joué un bon match. On a gagné un match difficile et notre prochain sera un gros match aussi. Tous les matchs seront difficiles d’ici la fin de l’année », a expliqué Claude Julien.

ContentId(3.1311665):Canadiens : « C'est un honneur d'être le gardien du Canadien » (LNH)
bellmedia_rds.AxisVideo

 

Et c’est vrai.

 

Car dès mercredi, le Canadien mettra le cap sur Uniondale où il croisera les Islanders jeudi dans le cadre du premier des deux matchs encore au calendrier entre les deux équipes.

 

Mais la victoire qui permet à Carey Price de devenir le nouveau monarque pour les victoires signées par un gardien du Tricolore permet de mettre au second plan le fait que le Canadien a eu besoin de tout son petit change et surtout de son grand gardien pour éviter une défaite qui aurait été, dans les circonstances, catastrophique. Ou presque...

 

En bref

 

  • Max Domi a piloté le meilleur trio du Canadien mardi. Le centre et ses compagnons de jeu méritaient pleinement l’honneur d’avoir enfilé le premier but de la rencontre alors que Shaw a démontré une belle présence d’esprit en tirant la rondelle au filet où Domi a convergé pour la faire dévier derrière Jonathan Bernier...

 

  • Domi a récidivé en fin de match en marquant son 24e de la saison dans un filet désert. La fougue et la vitesse déployées par Domi sur la séquence pour aller récupérer la rondelle en zone ennemie avant de tirer dans le filet abandonné témoignaient de l’importance pour le Canadien de mettre le match hors de portée alors que les Wings dictaient jusquelà l’allure du dernier engagement...

 

  • La défense du Canadien a connu un match difficile alors que de Shea Weber à Brett Kulak en passant par Jordie Benn qui a été affreux ont peiné à composer avec la vitesse des Wings...

 

  • Tomas Tatar a récolté des passes sur les deux premiers buts du Canadien. Il en affiche maintenant 28 ce qui représente un sommet en carrière pour l’ancien des Wings...