MONTRÉAL – Lors du plus récent repêchage de la LNH, 19 joueurs patinant sur les glaces de la LHJMQ ont trouvé preneurs. Voici cinq des plus beaux espoirs du circuit québécois en prévision du prochain encan, tels que vus par un éclaireur d’expérience d’un club de la LNH.

Ethan GauthierEthan Gauthier
Attaquant | Phoenix de Sherbrooke | 5 pi 11 po, 174 lb
Saison 2021-2022 : 18 buts, 21 passes en 65 matchs

Tout premier choix du repêchage 2021 de la LHJMQ, le fils cadet de l’ancien défenseur de la LNH Denis Gauthier a mis une demi-saison pour apprivoiser les rigueurs du circuit québécois. Au sein d’une formation luttant pour le sommet du classement général, l’énergique attaquant qui a un nez pour le filet s’est mis en marche au retour des Fêtes, récoltant 25 points à ses 33 derniers matchs du calendrier après en avoir glané que 14 à ses 32 premiers. À la Coupe Hlinka-Gretzky (U18) le mois dernier, Gauthier a coulé les fondations d’une saison qui s’annonce prometteuse en se démarquant par son intensité, son jeu physique et son titre de meilleur buteur du tournoi (6).   

Avis du recruteur : « Je l’ai vu à la Coupe Hlinka-Gretzky et je l’ai trouvé bien mieux qu’il ne l’était l’année passée dans la LHJMQ. Il a été vraiment, vraiment bon. Il a joué une game complète, il a joué physique, il a bien joué défensivement, il a marqué des buts et il a montré des habiletés offensives. [...] C’est un gars polyvalent, un gars qui a vraiment de belles qualités pour la Ligue nationale. Il n’est pas le plus gros, mais c’est un jeune qui a l’air assez fort pour son âge et il n’a pas peur de s’impliquer physiquement. Je pense que ça va être un des tops dans la ligue cette année. »

Tyler Peddle
Attaquant | Voltigeurs de Drummondville | 6 pi 1 po, 190 lb
Saison 2021-2022 : 17 buts, 18 passes en 65 matchs

Sélectionné tout juste après Gauthier par les Voltigeurs, qui ont procédé à une transaction pour le repêcher au 2e rang, le Néo-Écossais a fait une entrée fracassante dans la LHJMQ l’an dernier, marquant au moins un but à ses quatre premiers matchs dans le circuit. Après neuf rencontres, l’ancien du réputé programme Shattuck-St. Mary’s au Minnesota en revendiquait déjà huit. Mais ça s’est vite calmé pour le tireur d’élite, qui n’a déjoué les gardiens adverses que neuf fois à ses 56 matchs suivants. Invité au camp de sélection de l’équipe canadienne en vue de la Coupe Hlinka-Gretzky, Peddle n’a pas été retenu.

Avis du recruteur : « C’est un gars qui a les qualités de la Ligue nationale. Il a le physique, il patine bien, il a un excellent lancer et c’est un gars qui veut marquer des buts. [...] L’année passée, à 16 ans, il marquait déjà des buts qui ressemblaient à ceux de tireurs d’élite. Il a encore ces qualités-là. Est-ce qu’il peut être plus constant? Certainement. Est-ce que son jeu d’ensemble peut devenir meilleur? Certainement. C’est peut-être le gars dans la ligue qui a le plus de potentiel pour la Ligue nationale à cause de ses qualités de marqueur de buts. Je pourrais facilement voir Tyler Peddle sortir dans le top-15 s’il met tout ensemble. Ça, c’est basé sur le talent offensif qu’il a. Ça va être à lui de mettre sa "game" ensemble avec ses qualités. C’est un gars qui a de la "drive". À 16 ans, c’est une année "tough" dans la Ligue junior majeur du Québec. Je me dis que c’est possible qu’il ait appris beaucoup de choses. On va voir comment il décolle cette année. »

Jordan TourignyJordan Tourigny
Défenseur | Cataractes de Shawinigan | 5 pi 11 po, 157 lb
Saison 2021-2022 : 4 buts, 17 passes en 64 matchs

Neuvième sélection du repêchage 2021 du circuit Courteau, Tourigny s’est vite établi comme un rouage important de la défense de Daniel Renaud. À 16 ans, il se démarquait déjà au sein de la brigade par sa mobilité en possession de rondelle, si bien qu’il s’est vu offrir du temps de jeu sur le jeu de puissance de l’équipe championne en séries éliminatoires. Ses 2 buts et 9 points lui ont permis de terminer au deuxième rang des meilleurs pointeurs parmi les défenseurs de son équipe en éliminatoires, derrière les 10 points du vétéran de 20 ans Zachary Massicotte. À la Coupe Memorial, le petit frère de l’espoir des Canadiens de Montréal Miguël Tourigny, lui aussi réputé pour ses prouesses offensives, a ajouté un but à sa feuille de route. Après un court mois de repos, Tourigny a repris du service à la Coupe Hlinka-Gretzky, où il a agi à titre d’adjoint au capitaine de la formation canadienne.

Avis du recruteur : « Comme pour tout petit défenseur, ce qu’il faut déterminer c’est quel niveau d’offensive il peut apporter? Est-ce un gars qui va amener des points? Est-ce un défenseur qui excelle à transporter la rondelle? Malgré son gabarit, c’est un gars qui se débrouille assez bien défensivement. [...] Il est intelligent et il patine bien. Je pense que s’il peut amener plus d’offensive à sa "game", ça va l’aider. [...] Il est plus grand que son frère (5 pi 8 po, NDLR), ça aide déjà. C’est un gars qui affiche beaucoup de calme en possession de la rondelle. Je pense qu’il est similaire à son frère, mais son frère a une grosse "shot"... Je ne sais pas si j’ai vu ça de Jordan encore. »

Mathieu Cataford
Attaquant | Mooseheads de Halifax | 5 pi 11 po, 183 lb
Saison 2021-2022 : 17 buts, 29 passes en 62 matchs

Aucun joueur depuis Nathan MacKinnon en 2011-2012 n’a amassé autant de points que Mathieu Cataford à l’âge de 16 ans dans l’uniforme des Mooseheads de Halifax. Placé sur le premier trio avec Elliot Desnoyers et Jordan Dumais en fin de campagne en l’absence des vétérans Zachary L’Heureux et Cameron Whynot, le 6e choix du repêchage 2021 de la LHJMQ a engraissé sa fiche de 29 points à ses 23 dernières rencontres du calendrier, concluant celui-ci avec 17 buts et 46 points au compteur. Seuls Jakub Brabenec (Islanders) et David Spacek (Phoenix), deux joueurs de 18 ans, ont fait mieux que lui à leur première année dans le circuit québécois. En séries, alors que les Mooseheads ont fait craindre le pire aux puissants Islanders dès le premier tour, Cataford a aidé la cause des siens avec quatre buts en cinq matchs, un sommet à égalité avec Markus Vidicek. Un brio qui lui a valu une invitation au camp de sélection du Canada en vue de la Coupe Hlinka-Gretzky, à laquelle il a finalement pris part.

Avis du recruteur : « Je pense que c’est plus un joueur complémentaire. Quand il joue avec des joueurs de talent, c’est un gars qui fait un peu le "dirty work". C’est un gars qui joue une "game" d’attaquant de puissance, mais ce n’est pas le plus gros. C’est un gars qui a un potentiel, mais j’ai hâte de voir vraiment dans quelle sorte d’identité il va s’établir, parce qu’à date, je ne suis pas sûr de c’est quoi son identité. Est-ce que c’est un gars physique? Est-ce un gars qui marque des buts? L’année passée, il a fait des points avec Halifax en fin de saison. Là, il va probablement jouer avec Dumais, ça fait qu’il va avoir une opportunité de montrer ce qu’il peut faire offensivement. »

Étienne MorinÉtienne Morin
Défenseur | Wildcats de Moncton | 5 pi 11 po, 179 lb
Saison 2021-2022 : 8 buts, 25 passes en 64 matchs

Aucun défenseur de 16 ans n’a récolté autant de points l’an dernier dans la LHJMQ que le choix de deuxième tour des Wildcats en 2021 (21e). Ses 33 points amassés lui ont permis de réécrire le record d’équipe pour un arrière de 16 ans. Affichant une belle assurance en possession de rondelle et une confiance en apparence inébranlable malgré quelques faux-pas caractéristiques d’un arrière recrue, Morin a vite charmé l’entraîneur-chef Daniel Lacroix, au point de rapidement s’établir dans le top-4 défensif et d’obtenir une vingtaine de minutes de jeu par rencontre. Invité au camp de sélection de l’équipe canadienne pour la Coupe Hlinka-Gretzky, Morin n’a pu participer à celui-ci en raison d’une blessure. 

Avis du recruteur : « Ce n’est pas le gars qui va capter ton attention tout de suite parce que comme défenseur, il n’est pas gros, ce n’est pas un excellent patineur, mais quand tu le regardes de proche, c’est un gars qui fait des choses extrêmement intelligentes avec la rondelle. Il a un certain talent offensif. Je suis curieux de voir comment il a progressé cette année, parce que des défenseurs qui sont intelligents comme ça et qui ont une touche offensive, c’est attirant. C’est décevant qu’il n’ait pas pu faire l’équipe [canadienne à la Coupe Hlinka-Gretzky] parce que je pense qu’il avait une chance de se tailler un poste. »