MONTRÉAL – Trois de revenus, il en manque encore neuf.

Louis Robitaille est le premier à se réjouir de la participation de 12 de ses gars à des camps de la LNH, mais les retours du capitaine Manix Landry (Coyotes de l’Arizona), de l’attaquant Cole Cormier (Coyotes) et du vétéran défenseur Olivier Boutin (Avalanche du Colorado), annoncés mardi, arrivent à point pour le directeur général et entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau.

« Ça me fait travailler un peu, mais c’est pour de bonnes raisons. On a beaucoup de gars qui profitent de belles opportunités. »

Robitaille en a effectivement travaillé un coup, surtout cette semaine en prévision des deux premiers matchs de son club, ce soir à Shawinigan contre les Cataractes et vendredi sur la patinoire du Phoenix de Sherbrooke.

À court d’effectifs, Robitaille n’avait que 15 joueurs à sa disposition pour les séances d’entraînement de lundi et mardi, avant que ne soient confirmés les retours des piliers évoqués ci-haut. Anthony Beauchamp, un ancien attaquant de l’organisation évoluant désormais dans l’ECHL, est venu se joindre au groupe. La porte était également ouverte au copropriétaire du club Derick Brassard, de passage au Centre Slush Puppie avant son essai chez les Sénateurs d’Ottawa, mais ce dernier n’a finalement pas lacé ses patins.

« Quand t’as trois défenseurs et six avants, c’est dur de pratiquer des sorties de zone à cinq contre cinq. À moment donné, y te manque de gars », reconnaissait Robitaille, plus tôt cette semaine.

« On a probablement été plus lentement sur certains aspects, ce qui a peut-être aidé les joueurs. J’ai hâte de voir le résultat en fin de semaine [...]. En y allant plus spécifiquement sur certaines choses, la compréhension est parfois beaucoup plus facile. De ce côté-là, je pense qu’il y a eu du positif là-dedans. »

En attendant que le reste de la cavalerie rapplique – Zachary Dean (Golden Knights de Vegas) Robert Orr (Hurricanes de la Caroline), Haakon Hänelt (Capitals de Washington), Samuel Savoie (Blackhawks de Chicago), Isaac Béliveau (Penguins de Pittsburgh), Noah Warren (Ducks d’Anaheim), Tristan Luneau (Ducks) – les Olympiques amorceront la campagne avec dix attaquants, quatre défenseurs et un gardien de leur formation régulière. Cinq joueurs rappelés des niveaux inférieurs complèteront celle-ci ce week-end.

« Ça va arriver des blessures en cours de saison. Je vois plus ça comme une opportunité pour eux, on va apprendre à les découvrir et on va voir ce qu’ils ont dans le corps. Surtout que ce sont deux matchs sur la route en autant de soirs. Ce sera probablement une première pour certains d’entre eux avec une nuit à l’hôtel et le [rythme] du junior. »

« Une denrée rare »

Olivier Nadeau, la prise de l’été dans la LHJMQ sur le marché des transactions, et Antonin Verreault, qui se remettent respectivement d’opérations à une épaule et au poignet, sont quant à eux attendus plus tard cette saison.

Acquis des champions en titre de la coupe du Président, les Cataractes, Nadeau ne devrait enfiler le maillot des Olympiques qu’aux Fêtes, le temps qu’il retrouve toutes les capacités qui ont fait de lui un ajout sur lequel Robitaille ne pouvait lever le nez malgré la durée de son absence.

Olivier Nadeau« C’est une denrée rare, Olivier Nadeau », justifie le DG. « Les minutes qu’il joue, ce sont des minutes qui sont difficiles. Ses forces, son pain et son beurre, c’est dans des zones qui sont extrêmement difficiles à jouer : dans les coins de patinoire, devant le filet... On oublie aussi que c’est un gars excellent au cercle des mises au jeu du côté droit. Avec Hänelt, Landry et Dean qui sont gauchers, on vient de rentrer un gars qui peut gagner de grosses mises en jeu du côté droit. Pour toutes ces raisons-là et le bagage qu’il a, c’est de l’aide qu’on a bien hâte d’avoir dans notre alignement rendu à la période des Fêtes. »

Pour assurer ses arrières le temps que l’espoir des Sabres de Buffalo et Verreault retrouvent la santé – Verreault ne sera pas de retour avant la mi-novembre –, Robitaille a fait l’acquisition de Robert Orr durant le camp d’entraînement. En trop chez les Mooseheads de Halifax avec l’émergence d’une relève offensive prometteuse, la sélection de 5e ronde des Hurricanes en 2021 a été sacrifié après une saison de 21 buts et 23 passes en 63 matchs.

« L’an passé, il a peut-être eu des hauts et des bas. Il aurait probablement aimé afficher plus de constance. C’est un gars qui a un talent indéniable. À son année de repêchage, ça m’avait marqué la vitesse avec laquelle il jouait. C’est un gars qui était capable de jouer en désavantage numérique également. L’objectif c’est de le ramener ici et de lui donner un second souffle. [...] Si Robert Orr joue le meilleur hockey qu’il peut jouer, ça va être un gars extrêmement important pour nous et un des meilleurs joueurs de la ligue », avance Robitaille.

Confiance en Despatie

Alors que son attaque et sa brigade défensive regorgent d’espoirs de la LNH, Robitaille s’en remettra devant le filet à Emerik Despatie, qui en sera à 19 ans à sa première expérience en tant que gardien no 1 à temps plein.

En 32 rencontres la saison dernière, sa deuxième à titre de réserviste de Rémi Poirier, Despatie a montré un dossier de 16-15, une moyenne de 2,89 et un taux d’efficacité de ,885. S’il n’avait pas le statut officiel de no 1, Despatie a néanmoins dû assumer ces fonctions durant une absence prolongée de Poirier pendant trois semaines en mars dernier en raison d’une blessure. Si huit de ses neuf premiers départs se sont soldés par des défaites, Despatie a gagné en assurance par la suite, au point où son entraîneur affirme aujourd’hui avoir « une grande confiance en lui », tout en rappelant que le contexte dans lequel il a été appelé en relève l’an dernier, était loin d’être favorable.

« Il a été appelé dans une course au championnat et c’était le seul gardien qu’on avait. On a eu les départs d'Ève [Gascon] (deux, NDLR), mais à part ceux-ci, c’est lui qui a goalé tous les autres matchs », rappelle Robitaille.

« C’était soir, après soir, après soir. On se battait dans ce temps-là pour la première place au classement. Ça fait que ça n’a pas été une situation facile pour lui d’être lancé dans la mêlée et d’être le gardien no 1, surtout sans aide. »

Pour l’épauler cette année, Despatie pourra compter sur Kaiden Kirkwood, une recrue de 18 ans attiré de l’Alberta. Une blessure à une jambe subie durant le camp d’entraînement le tiendra toutefois à l'écart du jeu jusqu'au 10 octobre environ. Pour l’instant, c’est Zach Pelletier, sélectionné en deuxième ronde au dernier repêchage, qui agira à titre de no 2 pour le premier week-end d’activités. Robitaille garde aussi un œil sur Gascon, qu’il n’exclut pas d’appeler en renfort cette année.

D’ici Noël, si son club est épargné par les blessures et si l’un de ses joueurs ne se rend pas indispensable aux succès de son club dans la LNH, Robitaille devrait donc enfin avoir dans son vestiaire la formation qu’il a bâtie pour faire la vie dure à ce que la ligue a de mieux à offrir comme opposition.

« Il ne faut pas penser qu’on est arrivé à la terre promise et que des choses nous sont dues. Il faut continuer à travailler pour justement mettre en évidence le talent qu’on a. »