Joel Waterman ou la constance d'un grand négligé