dimanche, 11 mai 2014. 13:42

S’il désire poursuivre sa route sur le sentier éliminatoire, le Canadien devra trouver une façon de se déprendre des puissantes pattes griffées des Bruins de Boston.

Au lendemain d’une prestation difficile à Boston, le Tricolore a procédé à un entraînement optionnel à Brossard et les entraîneurs ont dû se creuser la tête pour trouver la façon de sortir de cette position fâcheuse d'un déficit de 3-2.

Une partie de la solution se trouve peut-être dans les qualités du Canadien qui se situent dans la vitesse de ses joueurs. Cependant, le point majeur serait de retrouver la contribution de certains de ses piliers qui semblent avoir perdu l’instinct de survie face aux coriaces Bruins. Le premier nom qui vient en tête est bien sûr Thomas Vanek qui a rencontré les médias dimanche en compagnie de Brian Gionta et David Desharnais.

« Je le répète, je trouve que la série se joue davantage au niveau de la profondeur et nous avons besoin de la contribution de chacun et je fais partie de ce groupe. Nous devons élever notre niveau de jeu d’un cran et ça m’inclut », a admis Vanek du bout des lèvres.

« Je n’ai pas eu les occasions que j’aurais souhaitées jusqu’à maintenant, mais j’essaie de créer des jeux et ça s’était bien passé dans le match numéro quatre », a-t-il enchaîné.

Son capitaine a rappelé que cette série s’avère rigoureuse pour les piliers offensifs des deux équipes.

« C’est une série éprouvante où l’espace est restreint sur la patinoire. Leurs meilleurs joueurs vivent une situation semblable, mais nous avons confiance en nos joueurs et que nous pourrons traverser cette épreuve », a exprimé l’ailier d’expérience.

À ce sujet, Michel Therrien n’a pas voulu imposer de pression supplémentaire ses munitions de premier plan en attaque.

« Il faut quand même rendre beaucoup de crédit aux Bruins, mais on continue d’essayer de trouver des solutions pour produire plus d’attaque à cinq contre cinq. Je m’attends à ce nos joueurs démontrent beaucoup de détermination dans le prochain match », a-t-il tout de même souhaité.

Relancé sur le travail timide de Vanek avec le vieux et véritable cliché que les meilleurs joueurs doivent l’être pour mener une équipe à la victoire, Therrien a évité la question.

« Je demande à tous les joueurs qui enfilent notre chandail de se comporter comme des meneurs que ça fasse un an ou 18 ans que tu joues dans la LNH », a ajouté le coach.

Therrien a toujours été secret sur ses intentions par rapport à la composition de sa formation et il ne risque pas de déroger de cette philosophie avant lundi soir, mais il ne serait pas surprenant de revoir Francis Bouillon et Daniel Brière dans la formation pour le match crucial de lundi soir au Centre Bell. Le pilote du Tricolore pourrait peut-être même décider de lancer un SOS à Ryan White qui attend impatiemment sa chance d’ajouter une dose d’énergie à sa troupe.

Chose certaine, le clan montréalais ne pourra pas se permettre de tomber dans le piège de l’indiscipline pour une deuxième partie consécutive. En fait, il espérera sans doute le scénario inverse pour ébranler les Bruins tôt dans la partie devant les partisans du CH.

« L'adversité est une source de motivation »

« C’est une série différente de celle contre le Lightning, c’est une puissante équipe qui joue bien dans l’ensemble. Nous sommes tombés dans un déficit rapidement et nous avons essayé, en vain, de combler l’écart », a reconnu Vanek pour expliquer le récent revers.

« Nous continuons de croire en nos chances et nous serons prêts », a aussi mentionné le grand Autrichien.

Gionta est justement d’avis que sa troupe s’est bien débrouillée, dans l’ensemble, depuis le début de la confrontation contre les hommes de Claude Julien ce qui lui inspire des pensées positives.

« La dernière partie a changé la perception. Outre ce déficit tôt dans le match, nous avons bien joué contre eux depuis le début de la série. Nous avons bien fait contre eux en général et nous avons assez bien contrôlé la série et neutralisé leurs forces. Je suis confiant pour notre équipe », a-t-il insisté sans démontrer d’impatience ou de panique.

Habituellement fiable, Tomas Plekanec a péché samedi soir à Boston et il sera l’un des joueurs qui voudra se reprendre. En espérant que son dévouement incitera certains de ses coéquipiers moins visibles à en faire autant.

L’endroit idéal pour relancer la série

Parmi les éléments encourageants, le Canadien aura le privilège d’évoluer dans son amphithéâtre où il n’a subi qu’un revers en quatre parties à la suite d’un dossier reluisant en saison régulière et on sent que cet aspect représente une source de motivation pour renverser la vapeur.

Revenir à Boston à tout prix

« Je l’ai dit, on a travaillé toute l’année pour cela, pour disputer des matchs importants devant nos partisans. Nous sommes encore très confiants et nous aimons la façon dont nous jouons à domicile; nous avons hâte que ça commence », a souligné David Desharnais qui espère voir ses compagnons retrouver leur touche.

Tout comme ses joueurs, Therrien apprécie le privilège de pouvoir disputer cette rencontre déterminante dans le confort de la maison et il a utilisé les accomplissements de la saison régulière pour susciter l’enthousiasme.

« Notre groupe a traversé beaucoup d’adversité et nous avons toujours bien réagi en démontrant la bonne attitude et c’est ce que j’apprécie. Présentement, c’est une autre situation exigeante et nous avons vécu des signes encourageants. Nous sommes tous conscients du défi devant nous et nous devons l’aborder de façon positive », a-t-il conclu.

En terminant, notons que Carey Price, Peter Budaj, Francis Bouillon, Douglas Murray, Mike Weaver, Jarred Tinordi, Nathan Beaulieu, Michaël Bournival, Ryan White, George Parros, Brandon Prust, Daniel Brière et Travis Moen ont patiné en groupe après une autre séance individuelle de plus de 30 minutes pour Alex Galchenyuk.