Si on m’avait dit un jour que je profiterais de cette chronique pour écrire un texte sur le kayak... j’aurais été sceptique! J’ai beau avoir grandi à l’île d’Orléans je n’avais jamais véritablement eu l’occasion de mettre une embarcation sur le fleuve Saint-Laurent pour pagayer.

Ma conjointe Daphné et moi venons toutefois de déménager à Saint-Jean-sur-Richelieu, près de la rivière qui donne son nom à cette municipalité que nous nous plaisons à découvrir depuis quelques mois. À force de courir ou de pédaler sur la magnifique bande du canal, nous avons réalisé que de nombreux amateurs de plein air profitaient du cours d’eau pour faire du kayak. Curieux de nature, nous nous sommes dit « pourquoi ne pas essayer ? »

Cet essai nous a tellement plu que nous avons décidé d’acheter un kayak tandem. Question de ne pas nous tromper et d’être bien conseillés, nous sommes entrés en contact avec Charles Brouillard, propriétaire de Kayak4life  (https://www.kayak4life.ca/) à Saint-Mathieu, en Montérégie. Il nous a dit d’opter pour un kayak tandem Pelican Argo 136XP, une embarcation légère, stable et confortable. Parfait pour des amateurs de plein air comme nous.

Frédéric Plante
 
Lors de la prise de possession de notre kayak, Charles a eu la gentillesse de nous expliquer quelques rudiments de base de cette activité pour en profiter pleinement et passer d’agréables moments à l’extérieur. Avec un kayak tandem, difficile de trouver une meilleure activité de couple!
 
Depuis cet achat, chers amis lecteurs, nous sommes dans un monde de découvertes! Habitué que j’étais à la course à pied, je ne croyais pas que le kayak pouvait également être une activité physique capable de faire pomper le cœur. C’est pourtant le cas si on le désire et qu’on ouvre la machine.
 
Les vertus du kayak sont nombreuses. Évidemment, sa pratique nous permet de profiter de moments de paix sur l’eau et d’avoir un coup d’œil tout à fait différent des choses. Le simple fait de se laisser dériver lentement au gré du courant est grisant et relaxant. Observer les paysages qui s’allongent sur la rive offre un point de vue différent de celui auquel nous sommes habitués.
 
Après de longues heures passées au bureau en semaine, le kayak nous permet d’être dehors, de respirer de l’air frais et de prendre du soleil. Entouré par la nature, notre stress diminue.
 
Se retrouver sur l’eau a un effet positif sur notre humeur. Nous discutons, rions et nous émerveillons du spectacle qu’offre la nature. Le simple bruit de nos pagaies qui balaient l’eau au même rythme a quelque chose de relaxant.
 
Pagayer ne fait pas travailler que le cœur. Contrairement à la course à pied, le kayak n’est pas un sport d’impact. Il est doux sur les articulations. Tous les muscles du corps sont sollicités à différents niveaux. Ceux des bras bien sûr, mais également les abdominaux qui stabilisent le haut du corps pour permettre un mouvement fluide des bras. Bien qu’assis, les jambes sont également mises à contribution puisqu’il faut avoir les pieds bien appuyés sur des cales pour forcer.
 
Le kayak peut vous aider à maintenir votre forme physique. Pagayer exige un réel effort, surtout lorsqu’on se dirige à contre-courant. Il aide également à développer son endurance physique.
 
Un bon degré de concentration est également essentiel puisqu’il faut constamment être à l’affut du mouvement du kayak. Les courants et les vents peuvent varier rapidement et il faut réagir avec des coups précis de pagaies.Daphné
 
Pour le moment, Daphné et moi prenons plaisir à naviguer sur des plans d’eau présentant des conditions faciles et non sur des rivières techniques avec de forts courants ou des vagues. Nous recherchons une certaine forme de sérénité et de calme en pagayant au diapason. Toutefois, ceux qui le désirent peuvent réaliser un bon entraînement en recherchant les conditions que j’ai citées plus haut.
 
Des milliers de québécois font du kayak à chaque année sur les nombreux plans d’eau de la province. Le site https://canot-kayak.qc.ca/recèle des informations utiles pour les néophytes comme moi qui veulent approfondir la découverte de cette activité.
 
Au cours des prochaines semaines, d’ici l’arrivée du froid et de la glace sur l’eau, Daphné et mois entendons bien profiter au maximum de notre kayak. Avec la course à pied et le vélo, il nous permet de varier nos entraînements et de travailler des groupes musculaires différents.
 
Surtout, il nous donne une occasion unique de vivre en parfaite harmonie notre nouvelle passion au gré du courant. Qui sait les découvertes qui nous attendent?
 
Bon kayak!