MONTRÉAL – Une nouvelle année, un retour à la maison, une échappée de Max Pacioretty dès les premières secondes et deux occasions en avantage numérique en moins de sept minutes. Le Canadien a obtenu tous les éléments pour se sortir de sa torpeur, mais rien n’a fonctionné et il a encaissé un cinquième revers de suite sous les huées.

 Dommage pour les partisans, mais le Tricolore a entamé 2018 exactement comme il avait terminé 2017 avec un revers de 4 à 1 face aux Sharks de San Jose dans une performance collective pénible.
 

Les joueurs ont donc opté pour une discussion entre eux après la partie et ils étaient presque tous devant leur casier à l’entrée des journalistes ce qui est très rare chez le Canadien.

 

« Je l’ai déjà dit, notre groupe veut gagner plus que les gens pensent. Mais on ne s’y prend pas de la bonne façon. Plusieurs joueurs doivent nous en donner plus et d’autres doivent prendre de meilleures décisions. Il faut assumer de dire que tu veux être un bon joueur et agir en conséquence », a exprimé l’entraîneur Claude Julien qui n'a pas exigé à ses joueurs d'affronter les journalistes. 

 

« C’était une mauvaise partie de notre équipe. On a eu quelques étincelles, mais ce ne sont pas tous les joueurs qui étaient dans le coup. C’est frustrant surtout considérant qu’on revenait d’un voyage et qu’on connaît notre situation au classement. C’est fâchant, on doit trouver une manière de présenter un plus haut niveau de compétition, de gagner plus de batailles. Ça fait mal à la fierté de constater qu’on n’a pas travaillé assez fort », a avoué Capitaine Pacioretty avec franchise.

 
Le Canadien n’a donc compté que quatre buts dans cette séquence de cinq défaites. Il aura même fallu un contexte à cinq contre trois pour que le CH, par l’entremise d’Andrew Shaw, puisse toucher le fond du filet. C’était un premier but en 132 minutes et 27 secondes dans ce qui était déjà le 40e match de la saison montréalaise.
 
Tout était encore possible quand le but de Shaw a réduit l’écart à 2-1 avec 3 :53 à écouler à la période médiane. Mais, une fois de plus, le Canadien a cédé en fin d’engagement. Une punition bête de Joe Morrow – qui en a encore arraché comme certains de ses confrères – a permis à Timo Meier de compter avec moins de 10 secondes au cadran. Ce but a refroidi la foule au point qu’on a eu l’impression que la température glaciale de l’extérieur venait d’envahir le Centre Bell.

Une autre performance désolante

« Il y a beaucoup de frustration et, quand c’est le cas, le niveau de compétition n’est pas au niveau où il devrait être et les décisions non plus. La frustration fait qu’on prend beaucoup de mauvaises décisions si bien que ça nous coûte des buts et des matchs », a convenu Julien. 

« On est ici pour bien jouer pour nous et pour les partisans. On n’a rien fait pour mériter leurs applaudissements dernièrement. C’est frustrant pour eux et pour nous. On essaie que la frustration ne s’empare pas de nous, mais ça devient difficile parfois », a admis Jeff Petry.

Meier est revenu à la charge tôt au dernier tiers pour confirmer la victoire des Sharks. Joe Thornton et le Québécois Marc-Édouard Vlasic ont marqué les autres des visiteurs. C’était le premier en carrière pour Vlasic contre le Tricolore et il a pu le réussir devant plusieurs membres de son entourage.  
 
Le seul point positif de cette rencontre demeure la performance de Carey Price. Certes, il a échappé le lancer qui a permis à Vlasic de compter sur le retour, mais il a sauvé la mise à de nombreuses reprises. Ses coéquipiers ont concédé beaucoup trop de chances de marquer de grande qualité.
 
Avant la partie, le joueur de quatrième trio Nicolas Deslauriers a reçu la coupe Molson pour le mois de décembre. Cette scène résume bien les ennuis de l’équipe et ça s’est poursuivi pendant l’affrontement alors que Daniel Carr est celui qui a été le plus menaçant en supériorité numérique en frappant le poteau d’Aaron Dell.

Un problème criant à l'attaque

Le Canadien – qui a été embouteillé dans sa zone trop souvent – devra respecter toutes ses résolutions de 2018 pour essayer de renverser la vapeur. Mais ça ne s’annonce pas très bien surtout que Shea Weber demeure sur la touche. Déjà installé au 14e rang sur 16 dans l’Association est, le club montréalais pourrait être devancé par les Sénateurs d’Ottawa sous peu.
 
On ne veut pas gâcher vos réjouissances de la nouvelle année, mais il importe de souligner que le prochain duel aura lieu contre la puissance de la LNH, le Lightning de Tampa Bay.
 
À la suite de la confrontation contre le Lightning, le Canadien recevra la visite des Canucks de Vancouver, dimanche, des Bruins de Boston le samedi suivant et des Islanders de New York, lundi le 15 janvier. La marge d’erreur sera minime dans cette portion à domicile.

« C’est vrai que c’est difficile, mais on ne peut rien y faire. On s’est placé dans cette situation. Les gars doivent avoir la confiance d’exécuter leur travail et bien faire ses choses. Quand on le fait et que ça fonctionne, ça permet de réaliser ce qu’on obtient en retour », a noté Julien. 
 
Cette soirée aura permis à Tomas Plekanec de rejoindre Guy Lafleur au neuvième rang pour le plus de matchs joués dans l’histoire de l’équipe avec 961. De plus, Karl Alzner a égalé Johnny Wilson pour la 12e plus longue séquence de matchs consécutifs dans l’histoire de la LNH avec un 580e de suite.