En tant que gardien recrue québécois dans la LNH, Samuel Montembeault a pu apprendre d'un des grands gardiens de l'histoire, d'un compatriote, mais surtout de son idole de jeunesse Roberto Luongo.

« J'avais un cadre de lui dans ma chambre. J'aimais le regarder quand il est arrivé avec les Panthers avec ses grosses jambières jaunes », a avoué Montembeault qui était reçu dans l'Antichambre.

En plus de Roberto, Montembeault entretient une relation avec son frère Leo, qui est l'entraîneur des gardiens pour les Thunderbirds de Springfield dans la Ligue américaine.

Quand le jeune gardien a été renvoyé à Springfield en fin de saison après un séjour dans la LNH, Luongo lui a d'ailleurs dit à la blague : « Tu diras à mon frère que tu as appris plus en un mois qu'avec lui en deux ans ».

Montembeault a salué le professionnalisme et le niveau de compétition de son coéquipier.

« Chaque match que je jouais, il essayait de m'aider en décortiquant avec moi les tendances des autres joueurs », a confié l'ancien de l'Armada à Luc Bellemare.

Montembeault a avoué qu'il ne sait pas ce qu'il aviendrait de son coéquipier dont l'avenir est certain. Rappelons que Luongo commandera un salaire avoisinant les cinq millions par saison pour les trois prochaines années.

Montembeault : une 1re expérience unique au Centre Bell
Les manchettes des experts