EDMONTON – Le parcours en crescendo d’Équipe Canada s’est poursuivi lundi au Mondial junior.

Hésitante contre la Lettonie, rassurante contre la Slovaquie et dominante contre la Tchéquie, la troupe de l’entraîneur-chef Dave Cameron s’est assurée du premier rang du groupe A en clôturant sa première portion du tournoi avec une performance presque impeccable aux dépens de la Finlande.

Grâce à une victoire de 6-3, ÉCJ a atteint les quarts-de-finale avec une fiche immaculée après quatre rencontres. Son premier match éliminatoire l’opposera à la Suisse, héritière de la quatrième position du groupe B, mercredi.

Devant une équipe qui devait mettre à l’épreuve la solidité de sa fondation, le Canada n’a finalement jamais laissé le doute s’installer. Ou enfin, si peu. Un peu de malchance et un excès d’indiscipline ont permis aux Finlandais d’y croire en troisième période, mais le coussin que s’étaient donné les hommes en noir dans les 40 premières minutes de jeu en a ultimement fait des intouchables.

« J’ai beaucoup aimé notre performance, a commenté Cameron dans son bilan d’après-match. À l’exception de nos trop nombreuses pénalités à la fin, c’était très bien. »

Brennan Othmann, Tyson Foerster, Connor Bedard, Ridly Greig, Mason McTavish et William Dufour, dans un filet désert, se sont partagé le fardeau offensif dans la victoire. McTavish a terminé le match avec trois points, augmentant son avance au sommet du classement des pointeurs du tournoi.

Olen Zellweger a aussi cueilli trois points dans la victoire. Avec six points à son compteur, l’espoir des Ducks d’Anaheim était, à la conclusion de son match, le défenseur le plus productif de la compétition à égalité avec l’Américain Luke Hughes.

À l’autre extrémité de la patinoire, Cameron avait confié au trio que Greig pivote avec Dufour et Joshua Roy le mandat de tenir en échec la dangereuse combinaison finlandaise menée par Aatu Räty. La mission a été remplie avec distinction. Les ténors scandinaves, par l’entremise de Joakim Kemell, n’ont marqué qu’un but qui portait la marque à 5-2 en troisième période.

Le banc canadien a plaidé avec véhémence que le jeu aurait dû être arrêté précédemment parce que la rondelle avait quitté l’espace de jeu, mais la reprise vidéo n’a pas permis aux officiels de confirmer cette version.

« Je ne l’ai pas vu à 100%, mais Greig et Räty étaient l’un à côté de l’autre et les deux ont arrêté de jouer, a témoigné Dufour. Il y a tellement de caméras qu’on pensait bien qu’il y en aurait une qui allait voir ça, mais ils n’ont été capables de trouver un angle concluant. »

« Je parlais avec une couple de Finlandais [pendant la reprise] et ils le savaient eux aussi, a confirmé Greig. C’est une erreur, ça arrive. »

« Je ne l’ai pas vu, honnêtement, mais mes joueurs étaient absolument certains que la rondelle avait touché au filet, a ajouté Cameron. Je les crois sur parole. »

Entorse au plan de match

Ce développement a semblé sortir les Finlandais de leur torpeur. Ces derniers se sont ensuite vu offrir une occasion platine de revenir dans la rencontre quand Will Cuylle a écopé d’une pénalité majeure pour un coup de genou, mais pendant cinq minutes d’avantage numérique, dont 1:01 à 5-contre-3, jamais la moindre trace de remontée n’a pu être décelée.   

D’une discipline exemplaire dans les deux premiers tiers du match, les favoris de la foule ont péché à quatre reprises en troisième. Le jeu de puissance finlandais, qui avait produit huit buts en treize occasions (61,5%) avant le match, a finalement produit une fois en cinq déploiements.

Cameron passe un message à ses vedettes dans la victoire

« Ça a déraillé honnêtement, ne pouvait que constater l’attaquant Nathan Gaucher, qui a été l’attaquant canadien le plus utilisé au dernier tiers. Il ne faudrait pas que ça arrive dans un match à élimination, mais ça a juste démontré qu’on est une vraie équipe. On est là pour se ‘backer’. Des cinq minutes comme ça où tu réussis à ne pas leur laisser de chances, ça veut tout dire. Ça nous a aidé à nous pratiquer un peu, mais il ne faut plus que ça arrive. »

« C’était des punitions d’indiscipline, n’a pas tenté d’excuser Dufour. La mienne, je n’ai même pas regardé l’arbitre, je savais que je la méritais. Il y a eu deux ou trois décisions qui étaient peut-être discutables, mais il faut être meilleurs pour ça et on va s’ajuster pour les prochaines parties. »

Pour sa faute, Cuylle sera suspendu pour le match contre la Suisse.

À son troisième départ du tournoi, Dylan Garand a tenu le fort avec 22 arrêts.

Chacun auteur d'un but en première période, Bedard et Othmann se sont éventuellement retrouvés dans les mauvaises grâces de Cameron. Le premier n'a fait qu'une seule présence en troisième période et le deuxième a joué pendant trois minutes et des poussières après le premier entracte.

À moins d’une surprise dans le dernier match de la phase préliminaire, la Finlande affrontera l’Allemagne en quarts-de-finale. De l’autre côté du tableau, les États-Unis devraient retrouver la Tchéquie et la Suède devrait se retrouver sur le chemin de la Lettonie.