EDMONTON – Cinq espoirs du Canadien ont participé à l’édition estivale du Mondial junior 2022. Voici un aperçu de leur contribution aux succès de leur équipe respective.

Avertissement : ces notes se veulent des observations basées sur le rendement de ces joueurs dans le cadre du tournoi. Elles ne sont pas une évaluation en profondeur de leur profil général ni une tentative de projection de leurs succès futurs.

JAN MYSAK | attaquant | Tchéquie

Mysak jouissait déjà d’une réputation enviable avant de se présenter à Edmonton. Il s’était bien tiré d’affaire lors d’un court séjour avec le Rocket de Laval à 18 ans et avait enchaîné avec une bonne saison dans la Ligue junior de l’Ontario. Mais il avait connu des séries ordinaires avec les Bulldogs de Hamilton et n’avait pas été l’ombre de lui-même durant le tournoi de la coupe Memorial. Ses réponses nébuleuses en début de tournoi contribuaient à entretenir le doute sur l’humeur dans laquelle il entreprenait la compétition.

Tous ces doutes ont été dissipés. Mysak a été le cœur et l’âme de l’équipe tchèque durant ces deux dernières semaines. Aucun joueur n’a transporté son équipe sur ses épaules comme il l’a fait avec l’une des plus jeunes formations du CMJ. Ses coéquipiers et son entraîneur ont vanté son leadership, sa touche de marqueur est réapparue et son dévouement pour le jeu défensif a été exemplaire.

Il sera intéressant de suivre sa progression à sa première saison complète dans la Ligue américaine.

JOSHUA ROY | attaquant | Canada

Roy était l’un des neuf joueurs invités à remplacer les membres de l’édition hivernale d’Équipe Canada qui avaient déclaré forfait pour le tournoi de reprise. Lors du dernier entraînement du camp préparatoire, l’entraîneur-chef Dave Cameron l’a placé à l’aile gauche du premier trio avec Mason McTavish et Connor Bedard. L’expérience a duré un match et demie.

Contre la Slovaquie, Roy a été déplacé avec William Dufour et Zack Ostapchuk. La chimie entre les trois a été instantanée. L’attaquant du Phoenix de Sherbrooke a probablement disputé son meilleur match contre la Finlande, alors que son trio était mandaté de neutraliser celui d’Aatu Räty, Joakim Kemell et Roni Hirvonen.

Offensivement, Roy a terminé le tournoi avec huit points, dont le premier but de la finale. On se souviendra aussi de sa soirée de quatre points contre la Slovaquie.

OLIVER KAPANEN | attaquant | Finlande

Tout dernier choix de la deuxième ronde du repêchage de 2021, Kapanen a été principalement utilisé dans un rôle défensif dans la route vers la médaille d’argent des Finlandais. Il a pivoté le troisième trio et a été l’un des principaux hommes de confiance de l’entraîneur Antti Pennanen en désavantage numérique. Dans la deuxième portion du tournoi, il a mérité une promotion sur la deuxième vague du jeu de puissance à la place de Brad Lambert.

Pennanen nous confiait qu’il aimerait voir Kapanen démontrer un peu plus de hargne et utiliser davantage son lancer. Il a marqué un but sur une échappée dans une victoire de 9-3 contre la Slovaquie.

Kapanen sera admissible à revenir comme vétéran de 19 ans pour l’édition 2023 du tournoi qui aura lieu à Halifax et Moncton.

PETTERI NURMI | défenseur | Finlande

Choix de septième ronde en juillet dernier, Nurmi a commencé la quinzaine sur le premier duo aux côtés de Topi Niemela, un espoir des Maple Leafs de Toronto qui avait été élu le meilleur défenseur du tournoi en 2021. Il est toutefois tombé malade après le deuxième match des siens et n’a plus été revu.

RILEY KIDNEY | attaquant | Canada

Kidney était venu à Edmonton pour apprendre. Les entraîneurs d’ÉCJ lui avait clairement indiqué qu’ils le voulaient dans un rôle de remplaçant. Il a néanmoins enfilé l’uniforme pour le premier match du tournoi contre la Lettonie, dans lequel il a joué pendant un peu plus de quatre minutes. Il a ensuite été appelé à combler la perte de Ridly Greig, blessé, à partir de la demi-finale. Il n’a effectué qu’une seule présence sur la patinoire en deux matchs.

Canada 3 - Finlande 2 (Prolongation)