RDS.ca, Stéphane Morneau dimanche, 1 sept. 2013. 07:00

La saison de la NFL s'amorcera le jeudi 5 septembre alors que les Ravens de Baltimore visiteront les Broncos, à Denver. Du 28 août au 4 septembre, le RDS.ca vous présente une série d'articles afin de mettre la table pour la saison 2013, une division à la fois.

Une dernière danse de Ray Lewis, particulièrement festive, tourbillonne encore dans l’esprit des Ravens. Des adieux ponctués d’un championnat, le plus beau des cadeaux pour l’immortel Lewis qui aura son buste à Canton plus tôt que tard.

L’état des choses à l’aube de la nouvelle saison dans l’AFC Nord : les festivités des Ravens de Baltimore.

La réalité attend cependant les champions en titre de pied ferme, et cette saison, cette réalité portera un casque tigré et des dents longues, aiguisées, à l’affût de la moindre parcelle des champions qu’elle pourra se mettre sous la dent.

Si les Ravens trônent encore, les carnassiers Bengals seront prêts à bondir au moindre signe de faiblesse. Une compétition féroce à prévoir en 2013.

Ce qui a changé dans la division

Les champions en titre du Super Bowl ont été étonnamment actifs sur le marché ce printemps, devant réagir à la retraite du meneur de la défensive Ray Lewis et au départ vers Houston du vétéran Ed Reed.

Avec deux gros morceaux en moins, les Ravens ont mis la main sur le secondeur Elvis Dumervil, profitant d’une bévue administrative des Broncos afin de sécuriser les services du joueur étoile. Après avoir raté la saison 2010 en entier en raison de ses blessures, Dumervil n’a raté que deux matchs depuis et son addition ajoutera du mordant à la défensive des Ravens, surtout au niveau de la pression sur le quart adverse. Avec une vingtaine de sacs du quart au cours des deux dernières saisons, Dumervil est un élément trouble d’expérience qui rendra « l’après Ray Lewis » un brin moins pénible à Baltimore. Après sept saisons chez les Raiders, Michael Huff viendra de son côté combler en partie la perte d’Ed Reed dans la tertiaire des Ravens, lui qui a connu son lot de succès dans la NFL depuis 2006.

Sinon, les Ravens ont surtout perdu quelques plumes, particulièrement en offensive avec le départ d’Anquan Boldin et la blessure qui écartera Dennis Pitta du jeu possiblement pour la saison entière. Le vétéran centre Matt Birk a aussi accroché ses crampons, laissant la tâche de remettre le ballon à Joe Flacco au jeune Gino Gradkowski et au nouveau venu A.Q. Shipley.

James HarrisonEn plus de nous ouvrir les portes de leur intimité lors de la série Hard Knocks de la chaîne américaine HBO, les Bengals de Cincinnati ont fait l’acquisition la plus bruyante de la division au cours de la saison morte : celle du vétéran secondeur James Harrison (photo).

Harrison, qui a fait son pain et son beurre chez les rivaux à Pittsburgh, s’amène avec l’équipe qui a participé aux éliminatoires lors des deux dernières saisons et qui aspire à beaucoup plus en 2013. Même si l’âge l’a rattrapé un peu en 2012, Harrison demeure une force respectée dans la NFL et son agressivité influence tous les joueurs autour de lui, autant négativement pour l’adversaire que positivement pour ses coéquipiers. Avec une rancœur affichée envers son ancienne équipe, Harrison envenimera la rivalité qui est souvent un baromètre de la saison pour les Bengals. Quand les tigrés renversent les Steelers, le moral est très bon à Cincinnati et le succès n’est pas très loin. Ne serait-ce que pour cet aspect, l’ajout d’Harrison est un énorme pas en avant pour l’équipe.

L’arsenal offensif des Bengals a aussi gagné quelques galons lors du repêchage avec l’addition de l’ailier rapproché Tyler Eifert et du demi offensif Giovani Bernard. Les deux recrues devraient avoir un impact immédiat sur l’offensive, bonifiant l’offre autour du noyau solide formé par Andy Dalton, A.J. Green et Jermaine Gresham.

Les Steelers, écartés des éliminatoires en 2012, sont demeurés plutôt conservateurs sur le marché des joueurs autonomes, et ce, malgré la perte du receveur Mike Wallace, du secondeur James Harrison et du demi de coin Keenan Lewis. Comme le veut la tradition, les Steelers préconisent les promotions à l’interne plutôt que celles achetées à gros prix sur le marché printanier.

Par contre, Pittsburgh a eu la main heureuse lors du repêchage, sélectionnant le très prometteur secondeur extérieur Jarvis Jones ainsi qu’un demi offensif qui pourrait rapidement devenir le partant de l’équipe : Le’Veon Bell. (Malheureusement, les deux recrues sont embêtées par les blessures avant même le début de la saison)

De plus, Landry Jones, l’ancien quart des Sooners d’Oklahoma dans la NCAA, et le vétéran quart Bruce Gradkowski viennent en renfort afin de solidifier la profondeur derrière Ben Roethlisberger qui, depuis quelques saisons, visite régulièrement l’infirmerie de l’équipe.

Tout est à recommencer une fois de plus à Cleveland à la suite d’une autre saison décevante. Refrain familier, certes, sauf qu’il cache un brin d’optimisme cette saison en raison du noyau de jeunes plus prometteur.

Appuyés par les directives du nouveau directeur général Michael Lombardi, ancien analyste du NFL Network, les Browns ont concentré leurs activités autour de l’entourage des éléments déjà en place, préconisant la profondeur et les fondations solides. Avec cette stratégie en tête, Jason Campbell, Dion Lewis, Davone Bess, David Nelson et Kellen Davis viennent complémenter l’offensive de l’équipe et offrir une panoplie d’alternatives à l’organisation. En défensive, Paul Kruger sera une addition très intéressante chez les secondeurs et le choix de première ronde Barkevious Mingo possède le potentiel d’être un joueur d’impact dès cette saison, particulièrement en raison de son flair pour percer la ligne offensive adverse. Mingo, sélectionné avec le sixième choix du dernier repêchage à la suite de son fructueux passage à l’Université de la Louisiane (LSU), impressionne déjà les vétérans de l’équipe avec sa vitesse et son excellente vision du jeu. Par contre, une inquiétante ecchymose du poumon a ralenti les ardeurs de Mingo lors de la présaison et les Browns devront être prudents avec leur jeune secondeur.

Lombardi et les Browns ont aussi fait maison nette dans l’alignement, laissant filer entre autres Colt McCoy, Mohamed Massaquoi, Ben Watson, Josh Cribbs, Sheldon Brown et Usama Young, pour ne nommer que ceux-là.

À quoi s’attendre en 2013

Défense de titre oblige, les Ravens amorceront la saison 2013 avec une cible dans le dos et ce même si les Bengals ont terminé 2012 avec la même fiche (10-6) que les éventuels champions. Ceci étant dit, le portrait de la division pourrait être diamétralement opposé à celui de l’an dernier, quitte à voir un changement de garde pour le moins surprenant.

Forts de deux participations consécutives aux éliminatoires, les Bengals semblent prêt à bondir sur de nouvelles opportunités et la troisième saison de l’excellent receveur A.J. Green pourrait devenir celle où il atteindra une orbite comparable à celle de Calvin Johnson Jr. à Detroit.

Tout simplement spectaculaire – voilà qui résume bien la contribution de Green à l’offensive des tigrés depuis ses débuts en 2011. Conservant une moyenne d’un peu plus de 77 verges par match depuis le début de sa carrière (31 matchs), l'ampleur de l’impact de Green en a surpris plusieurs aussi tôt dans sa carrière, résultant des attentes presque démesurées pour la suite des choses. Avec l’ajout de nouvelles cibles et la progression de Mohamed Sanu à ses côtés, Green possède toutes les cartes pour connaître une saison monstre, propulsant de ce fait les Bengals vers un premier titre de division depuis 2009.

Sans dire que les Bengals iront là où Green les mènera, disons que l’offensive respirera au souffle de l’explosif receveur. Parce que de l’autre côté du ballon, un certain Geno Atkins hante les rêves des coordonnateurs adverses et sa simple présence monopolise en grande partie les plans de match contre les Bengals. À 25 ans, Atkins s’impose comme l’un des meilleurs joueurs de ligne défensive de la NFL, et ce, malgré sa petite taille inhabituelle pour la position. Tout en puissance, Atkins a récolté 12,5 sacs du quart en 2012 et sa progression semble à peine commencer, lui qui amorcera sa quatrième saison dans la NFL, une troisième à titre de partant.

Du côté de la ville de l’acier, les Steelers entameront possiblement une période de remise en question. Écartés des éliminatoires pour la deuxième fois en quatre ans en 2012, les Steelers ont connu toutes sortes de difficultés avec les blessures à Ben Roethlisberger et à de nombreux joueurs sur la ligne offensive. À Pittsburgh, une saison de seulement huit victoires est perçue comme un échec sur toute la ligne et Mike Tomlin devra trouver des solutions à court terme afin de rallier ses troupes vers le succès.

Comme le veut la tradition, la défensive devrait frapper fort et souvent, menée par les secondeurs d’expérience Lawrence Timmons, LaMarr Woodley et Larry Foote. La question de la santé du maraudeur Troy Polamalu demeure épineuse, et il est permis de croire que l’électrisant récipiendaire du titre de joueur défensif de l’année en 2010 ne retrouvera peut-être jamais plus la forme d’antan. Si tel est le cas, les Steelers devront se trouver une alternative rapidement, eux qui ne pourront pas se permettre d’attendre dans l’incertitude au niveau de la tertiaire.

Trent RichardsonSinon, il y a beaucoup de visages familiers chez les Steelers qui tenteront de rebondir en 2013, que ce soit par une meilleure santé globale des joueurs d’impact ou par une progression attendue de la part de plusieurs éléments clés, comme Emmanuel Sanders et Antonio Brown en offensive.

À Cleveland, tous les espoirs sont permis. De bonnes prestations en présaison auront permis à Brandon Weeden de solidifier sa position à titre de quart partant de l’équipe, et ce, malgré la venue de Jason Campbell dans l’uniforme des Browns. À sa deuxième saison dans la NFL, Weeden comptera sur un entourage rempli de potentiel, doublé d’une nouvelle philosophie alimentée par le DG Michael Lombardi et le nouvel entraineur-chef de l’équipe : Rob Chudzinski.

À la suite du coup de balai au printemps, les Browns miseront sur une offensive jeune et assoiffée de succès. Les receveurs Josh Gordon et Greg Little seront au centre d’un mouvement jeunesse et Trent Richardson, demi offensif d’exception, sera le cheval de bataille des Browns. Prometteur à sa saison recrue en 2012, Richardson se prépare pour un abordage en règle de la NFL, inspiré par les porteurs de ballon d’hier qui acceptaient avec grand plaisir une lourde charge de travail à chaque match. Richardson a la rare qualité de pouvoir être utilisé à tous les essais et les Browns augmenteront son implication offensive, articulant l’attaque de l’équipe sur un modèle de plus en plus délaissé dans la ligue au profit des comités de demi offensifs plus spécialisés.

De l’autre côté du ballon, la défensive des Browns demeure suspecte malgré un rendement dans la moyenne en 2012. Les quelques éléments forts de l’unité, comme Joe Haden et D’Qwell Jackson, sont entourés de jeunes joueurs inexpérimentés et la sauce peut prendre rapidement – tout comme elle peut tourner sans crier gare. Qui vivra verra sera le mot d’ordre à Cleveland.

Les détails qui feront la différence

À Baltimore, c’est le moment pour Joe Flacco de justifier son mirobolant contrat. Un championnat c’est bien, voire excellent, mais le quart des Ravens est devenu une commodité très dispendieuse l’an dernier et si l’équipe bat de l’aile, il sera le premier pointé du doigt même s’il ne contrôle pas les multiples variables autour de lui.

Les Ravens se tourneront vers leur quart pour maximiser les éléments autour de lui, utilisant à profit le canon qui lui sert de bras. Si Flacco va, les Ravens trouveront des façons de gagner encore beaucoup de matchs en 2013, évitant ainsi le lendemain de vieille qui colle à la peau des équipes à la suite d’un triomphe au Super Bowl.

À Cincinnati, si Geno Atkins représente le gros casse-tête à résoudre pour les équipes adverses au niveau du front défensif, c’est derrière le plaqueur étoile que les choses se joueront.

Maurkice PounceyLe groupe des secondeurs des Bengals a bien performé l’an dernier, notamment grâce à la contribution surprise de Vontaze Burfict, un joueur recrue non repêché qui a effectué 127 plaqués en 16 matchs pour les Bengals. À sa deuxième saison, Burfict formera un trio imposant aux côtés du vétéran Rey Maualuga et du nouveau venu James Harrison. Avec un dangereux « Front-7 », les Bengals aligneront l’une des meilleures défensives de la NFL en 2013.

Chez les Steelers, le travail de la ligne offensive sera crucial non seulement pour la santé de Ben Roethlisberger, mais aussi pour la contribution offensive des demis à l’attaque derrière le centre. Le centre Maurkice Pouncey, à sa quatrième saison, sera l’ancre de l’unité qui espère se trouver une stabilité avec un mélange de jeunesse et d’expérience autour de lui. Mike Adams héritera du poste à gauche pour une première fois, lui qui est habitué au poste de plaqueur à droite sur la ligne offensive. Le vétéran Ramon Foster sera à ses côtés à gauche, tandis que David DeCastro et Marcus Gilbert seront attitrés à droite.

En 2012, les blessures et les performances décevantes de la ligne offensive sont venues hanter les Steelers et on peut attribuer beaucoup de déboires à cette lacune flagrante à combler. Si la ligne tient le coup en 2013, une grosse partie du travail vers un retour en éliminatoires sera accompli à Pittsburgh.

Pour les Browns, la locomotive sera Trent Richardson et la clé du succès reposera dans les petits détails et la progression des jeunes joueurs en offensive. Parmi ceux-ci, Greg Little sera appelé à faire des bonds de géants à sa troisième saison et jusqu’ici, tout s’aligne bien pour le jeune receveur.

Stigmatisé comme étant un receveur aux mains glissantes, Little a changé son éthique de travail à l’entraînement et la nouvelle équipe d’entraîneurs semble sûre d’offrir à Little toutes les chances de devenir le principal receveur de l’équipe. Mais Little n’est pas seul, car la progression attendue de l’ailier rapproché Jordan Cameron sera déterminante à Cleveland.

Avec l’arrivée de Norv Turner pour gérer l’offensive des Browns, on serait tenté de croire que les atouts physiques de Cameron (6’5’’, 254 livres), qui se comparent très favorablement à ceux d’un jeune Antonio Gates, seront utilisés adéquatement dans le bon système vers une explosion du jeune joueur à sa troisième saison.

Si Cameron est pressenti pour une explosion, maintenant serait le moment idéal dans cette jeune offensive dynamique.

En bref…

Les Ravens ont de quoi être fiers à la suite d’une conquête du trophée Vince-Lombardi, sauf que les Bengals ont bien l’intention de venir interrompre la parade afin d’instaurer des célébrations à leur image en 2013.

Ce sera féroce, comme toujours dans cette division, mais les Ravens devront ajuster quelques éléments afin de reprendre le dessus après un imprévisible paroxysme menant à la retraite de Ray Lewis.

Pas qu’ils seront mauvais, mais les Bengals seront meilleurs.

AFC Nord en 2012 V D Prédictions pour 2013 V D
Ravens de Baltimore 10 6 Bengals de Cincinnati 11 5
Bengals de Cincinnati 10 6 Ravens de Baltimore 10 6
Steelers de Pittsburgh 8 8 Browns de Cleveland 6 10
Browns de Cleveland 5 11 Steelers de Pittsburgh 6 10