EDMONTON – Avant d’entrer dans la ronde des médailles du Mondial junior, Équipe Canada avait eu la progression attendue et souhaitée par une équipe favorite, mais toujours en rodage.

Depuis son tour de chauffe contre la Lettonie, la troupe de l’entraîneur-chef Dave Cameron avait gentiment gagné en vitesse à chacune de ses sorties suivantes. Sa performance contre la Finlande, son opposition la plus robuste à la toute fin de la phase préliminaire, laissait présager de belles choses pour la suite.

Pris dans ce contexte, le match décousu et « inégal » - c’est ainsi que l’a décrit Cameron - lors du quart de finale contre la Suisse a de quoi laisser perplexe.

À sa sortie des vestiaires, Nathan Gaucher a admis que ses coéquipiers et lui n’avaient pas été aussi « aiguisés mentalement » que précédemment.

« C’est un feeling qu’on ressent un petit peu, les gars étaient peut-être un peu moins dedans, a précisé l’attaquant des Remparts de Québec devant les journalistes francophones. Mais on a connu un très bon match quand même. On a marqué des buts et c’est ce qu’il fallait pour aller chercher la victoire. Mais je pense qu’il va falloir être plus efficaces en demi-finale. »

« Là on s’en va dans le carré d’as, les équipes vont être encore meilleures. Va falloir être meilleurs nous aussi. »

Le même constat a été fait par son coéquipier Elliot Desnoyers dans des termes un peu moins équivoques.

« Aujourd’hui, je pense que ça a été un pas en arrière, a dit le natif de Saint-Hyacinthe. On a remarqué qu’on ne se fera pas donner de match, qu’il n’y en a pas un qui va être facile. Il va falloir travailler pour ce qu’on veut. Mais c’était le bon temps pour jouer un match comme ça, qui va faire en sorte qu’on va réaliser qu’il va falloir travailler 60 minutes pour les deux qu’il nous reste. »

Stankoven trouve sa touche

L’un des points positifs à retenir du match contre les Suisses est la performance de Logan Stankoven.

Le petit joueur de centre n’avait pas été mauvais lors de la ronde préliminaire, mais à l’image de ses ailiers, son potentiel offensif n’était pas pleinement exploité. Celui qui a dominé la Ligue junior de l’Ouest au chapitre des points par match la saison dernière – 104 en 59 avec les Blazers de Kamloops – a connu son meilleur match contre les Suisses.

Canada 6 - Suisse 3

Dès sa première présence, il a servi un but sur un plateau d’argent à son ailier droit Tyson Foerster. Treize minutes plus tard, il a marqué son deuxième du tournoi en sautant sur son propre retour après avoir décoché un tir dévastateur sur la barre horizontale.

« C’est plus dur que je pensais, ça c’est sûr, a avoué le choix de deuxième ronde des Stars de Dallas. C’est en quelque sorte mon initiation dans ce calibre de jeu et les buts ne viennent pas facilement. J’avais eu des chances, mais pas autant que j’en voulais. Aujourd’hui, on a réussi à en créer davantage et en plus, on a réussi à trouver le fond du filet. Ça se prend bien. »

« Je le trouve très bon depuis le début de ce tournoi, a affirmé Cameron. Ça vaut pour son trio aussi, les trois sont assez constants. La clé, c’est de ne lever le pied dans aucune des trois zones. Il faut fournir l’effort sur la longueur de la patinoire et c’est ce qu’ils font. »

Stankoven a terminé sa soirée de travail en clouant le cercueil des Suisses dans un filet désert. Ses trois points lui ont permis d’intégrer le top-10 du classement des pointeurs avec sept points en cinq parties.

Le meneur de ce palmarès demeure Mason McTavish, dont le compteur personnel est à 14 points.