BROSSARD, Qc - Les formations des trois grandes ligues de hockey junior au Canada vivent dans un perpétuel dilemme. D'un côté, elles veulent connaître du succès et pour ce faire, elles ont besoin de joueurs expérimentés et établis. De l'autre, elles ont le mandat de développer le mieux possible des hockeyeurs pour la LNH, quitte à les perdre avant terme. Les Knights de London sont bien placés pour le savoir.

Au cours des récentes saisons, la formation que dirige Dale Hunter dans la Ligue junior de l'Ontario a vu partir à 19 ans des joueurs aussi doués que Bo Horvat, maintenant avec les Canucks de Vancouver, et Mitchell Marner, qui semble avoir fait sa niche avec les Maple Leafs de Toronto. Or, voilà que le prochain pourrait bien être Victor Mete, avec le Canadien de Montréal.

Le jeune défenseur ontarien continue d'épater au point où, chez les Knights, on semble prêt à aller de l'avant sans un joueur-clé qui, en principe, doit disputer une quatrième saison à London et qui a l'habitude d'accumuler les minutes sur la patinoire à toutes les sauces.

« Pour l'instant, nous planifions notre quotidien comme s'il ne reviendra pas, a admis Dylan Hunter, le fils de Dale et entraîneur adjoint chez les Knights, en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne jeudi.

« On dit toujours que nous sommes ici pour développer des joueurs pour la Ligue nationale. C'est notre travail. S'il ne revient pas, nous perdrions un gros morceau. Peu importe ce qui lui arrivera, nous sommes fiers de lui. »

Mete a attiré l'attention dès les premiers jours du camp d'entraînement lorsque Claude Julien l'a muté à la gauche de Shea Weber. Il a surpris les observateurs, et même son vétéran coéquipier, par son talent, mais aussi par sa prestance.

« Il est très calme pour son âge, surtout dans un marché comme celui-ci. Il s'est vraiment très bien comporté jusqu'à maintenant », a déclaré Weber dans le vestiaire de l'équipe au Complexe sportif Bell.

Progression rapide

S'il entendait cette description de Weber, Dylan Hunter acquiescerait probablement. Car ce sont de telles qualités, selon lui, qui ont permis à Mete de gravir les échelons à grande vitesse au sein des Knights dès sa campagne initiale, en 2014-2015.

Soyons positifs, parlons de Victor Mete

Et l'arrière de 19 ans semble vouloir réaliser le même tour de force avec le Canadien.

« À son arrivée, il s'est montré réceptif à tout ce que nous voulions lui enseigner, s'est rappelé Hunter. Et il n'y a aucun doute possible sur son niveau de compétitivité et son caractère. Il fait montre de sang-froid, il est posé, il est capable de s'évaluer, et c'est ce qui l'a propulsé jusqu'au sein de notre premier duo de défenseurs avant la fin de sa première saison. »

« Il est un leader qui prêche par l'exemple et qui parle quand il juge que c'est nécessaire, a aussi confié Hunter. Sur la glace, Victor est tellement intelligent qu'il peut être un excellent partenaire pour n'importe quel autre défenseur. Je ne dirais pas que j'ai été surpris qu'il soit muté avec Weber, mais peut-être un peu par la façon avec laquelle il s'est adapté. »

D'ici la fin du calendrier préparatoire, Mete aura l'occasion de jouer encore au moins un match au Centre Bell pour montrer qu'il mérite sa place avec l'équipe qui l'a sélectionné en 4e ronde, 100e au total, en juin 2016. Si l'on se fie à la séance d'entraînement tenue jeudi à Brossard, il est plausible de penser que Mete évoluera avec Jordie Benn.

Interrogé à savoir s'il voulait sortir Mete de sa zone de confort, Claude Julien a reconnu qu'il s'agissait d'un élément parmi tant d'autres dans sa décision.

« Il y a ça, mais aussi, je ne veux pas l'étiqueter comme le partenaire de 'Webby'. Pendant une saison, nous changeons les paires de défenseurs, et nous voulons voir comment il réagit à cette situation, a expliqué Julien.

« Nous sommes vraiment satisfaits de son camp jusqu'à maintenant, et nous voulons en savoir un peu plus à son sujet, a ensuite avoué l'entraîneur-chef du Canadien. Il y a de bonnes chances qu'il joue demain (vendredi), et nous avons besoin de l'évaluer avant de prendre une décision à son sujet. La seule façon de le savoir, c'est en le faisant jouer. »

Mete voit les jours qui passent et qui lui permettent de s'approcher de son rêve de jouer dans la LNH. Il essaie de garder la tête froide et de ne pas trop s'emballer.

« Tout ce que je dois faire, c'est de jouer comme je le fais depuis le début, et de ne pas tomber dans les mauvaises habitudes. »