Ébranlé. Mathieu Gélinas l’accepte encore difficilement. Près de sa grand-mère Henriette Dumont qu’il adorait tellement, il ne calculait pas son temps pour s’en occuper, se retrouver à ses côtés. Malheureusement, elle souffrait de la sclérose en plaques et force est d’admettre qu’il a été sensibilisé.

 

Cet adepte de la course en sentiers a malheureusement dû faire son deuil de celle qu’il chérissait tant.

 

Fauchée rapidement par la pandémie lors de la première vague en avril 2020, elle fut l’une des nombreuses victimes décédées dans un CHSLD, là où tout devait pourtant se retrouver en contrôle.

 

À ce moment-là, elle résidait à Laval et Mathieu, à Québec. « Je n’ai même pas pu lui dire au revoir », dit-il,  la voix étreinte, alors que deux semaines plus tard, son grand-père subissait le même sort. Il n’a pas oublié et n’oubliera jamais. On reste marqué par de telles séquences et habituellement, on retrouve la force pour rendre hommage aux personnes que nous adorions.

 

Certes que son récit rejoint celui de plusieurs personnes. « Nous étions trois gars dans la famille et mes grands-parents se montraient toujours généreux envers nous. »

 

L’an dernier, il a procédé à une levée de fonds pour la sclérose en plaques lorsqu’il a participé à l’Harricana. Or, pour 2022, il a voulu en faire un défi personnel.Sclérose-3 Par conséquent, du 17 au 23 octobre, il partira de Tadoussac, empruntant les sentiers en forêt au Nord de la route 138 pour se rendre jusqu’aux Plaines d’Abraham à Québec, ce qui donnera une distance de 300 km, soit l’équivalent de sept marathons en sept jours.

 

 

COMME UNE 2e  MÈRE

 

Résident à quelques pas du Mont Sainte-Anne, soit à Sainte-Anne-De-Beaupré, on ne doit pas s’inquiéter pour son trajet puisqu’il est ingénieur forestier et s’affaire à compléter sa maîtrise à l’Université Laval.

 

« J’ai grandi auprès de ma grand-maman, c’était comme une 2e mère pour moi. J’ai vu ce qu’elle a traversé et surtout conscient qu’à l’époque, on ne retrouvait pas les médicaments qui existent actuellement sur le marché pour ralentir la maladie. En fauteuil roulant, je sais ce qu’elle a pu vivre lors des dernières années de sa vie. »

 

Habituellement, les gens reçoivent le diagnostic de cette maladie entre 25 et 40 ans et il semblerait que le Canada détient la pole position à travers le monde pour les pays où on retrouve le plus grand nombre de personnes atteintes par la sclérose en plaques.

 

Le mouvement Crinqué contre la SP vise à amasser des profits de 25,000$ qui seront entièrement versés à la Société canadienne de la sclérose en plaques. Au moment d’écrire ces lignes, une somme de 12,000$ avait été recueillie et Mathieu a bon espoir de fracasser cet objectif. Il prévoit faire un documentaire d’une dizaine de minutes suite à cette expérience. « Je veux laisser ma marque, donner de l’espoir à ceux et celles qui recevront cette mauvaise nouvelles ultérieurement.»

 

 

LEUR SOUFFLE

 

Sportif depuis l’adolescence, Mathieu court sérieusement depuis maintenant cinq ans. Il y a deux ans, il a balancé la course sur route par dessus bord afin de se consacrer uniquement en sentiers.

 

Sclérose-4Originaire de Maple Ridge en Colombie-Britannique, son père travaillait comme policier pour la GRC. Il est arrivé au Québec à 4 ans.

 

Il devait apprendre au cours des dernières années qu’une autre personne très près de son entourage était atteinte de la sclérose en plaques ce qui est venu consolider son degré de détermination à poser ce geste concret.

 

Seul en forêt, alors qu’il traversera son défi, parions que ses grands parents le surveilleront, l’encourageront et l’applaudiront de Là Haut avec ce sentiment rempli d’une grande fierté. Il sentira certes leur souffle ! Alors, Henriette versera sûrement une larme.

 

 

Pour des infos : https://www.facebook.com/crinqueXsp

 

Voyez la vidéo : https://www.facebook.com/crinqueXsp/videos/5236196339751934