Courir te donnera des leçons durant toute ta vie.

 

À tes débuts, tu emmagasineras toutes les sortes de renseignements, tu voudras apprendre. Être profane, tu ne voudras pas que ça dure longtemps.

 

Alors, avec toute la confiance au monde, tu t’élanceras. On t’encouragera, on te supportera et tu réagiras en croyant que tu n’es pas loin du sommet.

 

Puis, tu augmenteras tes défis jusqu’au jour où….

 

Viendra un moment où tu devras reconnaître qu’en course à pied comme dans la vie, on doit être en mesure d’apprendre continuellement.

 

Car tu commettras des erreurs et pour grandir, tu devras les reconnaître et surtout, les accepter.

 

Tu verras que la course à pied, c’est un petit monde qui se tient droit debout, solidement et qui par les effets de la dopamine et des endorphines, parvient àDécu 2 réaliser de grandes choses, autant sur le plan physique que mental.

 

 

TOMBER DANS LE PIÈGE

 

Voilà pourquoi cette discipline attire les personnes qui aiment relever les défis et par conséquent, tomber dans le piège d’aller trop loin, d’en exiger trop à son corps. Se surpasser se plaît-on à dire.

 

Eh oui, tu ne cesseras d’apprendre et de grandir car ainsi va la vie comme chantait un célèbre interprète.

 

Lentement mais sûrement, tu découvriras tes capacités, apprendras à mieux connaître ton corps et tu finiras par accepter que sur cette terre, on est tous différents et que les possibilités physiques et mentales ne sont pas distribuées équitablement à tous les êtres humains.

 

Lorsque tu finiras une course et que tu seras déçu, jette un œil autour de toi, regarde ton entourage et tu verras que finalement, au fil des années, tu n’as cessé de grandir. Et n’est ce pas ce qui vaut son pesant d’or ?

 

Ça ne peut être la fête à chaque fois. Il y aura des joies, bien entendu mais aussi, des déceptions et il te faudra être prêt à les accueillir.

 

 

L’ULTIME DÉCISION

 

Récemment, la publication d’une personne sur les réseaux sociaux a attiré mon attention. Comme plusieurs autres exemples en ce sens, elle avait dû abdiquer d’un ultra et tentait de se convaincre qu’elle pouvait revenir à la charge une prochaine fois.

 

Peut-être que oui, peut-être que non. C’est la vie qui aura l’ultime décision mais en attendant, il serait préférable d’apprécier chaque moment sachant pertinemment que l’on ignore ce qui nous pend au bout du nez.

 

Oui, on est heureux quand on améliore nos temps personnels, oui on est content lorsque l’on relève un défi que nous caressions depuis très longtemps mais ne perdons jamais de vue que tout pourrait s’arrêter brusquement sans que nous ayons pu voir venir le pire.

                                                                                                                                   

Alors, apprécions, point à la ligne.

 

Aussi à lire : Lorsque je regarde au dessus de mon épaule!

Pour plus de contenu dans ce genre, abonnez-vous au groupe RDS | En Forme